Parution: Ces femmes qui prennent gentiment le pouvoir
Publié

ParutionCes femmes qui prennent gentiment le pouvoir

«Engagées», tel est le titre d’un ouvrage paru cette semaine. Il tire le portrait d’une vingtaine de politiciennes suisses, tous partis confondus, et marque l’émergence de fortes personnalités.

par
Eric Felley
Céline Amaudruz, Lisa Mazzone, Ada Marra, Viola Amherd et Petra Gössi sur la couverture de «Engagées».

Céline Amaudruz, Lisa Mazzone, Ada Marra, Viola Amherd et Petra Gössi sur la couverture de «Engagées».

© LEP Loisirs et Pédagogie SA,

Quel est le point commun entre Ada Marra, Céline Amaudruz, Nathalie Fontanet, Petra Gössi ou Greta Gysin? Ce sont toutes des femmes politiques suisses en exercice. Un deuxième point commun est qu’on les retrouve toutes dans un ouvrage collectif consacré à des élues engagées dans des parlements ou des exécutifs en Suisse. «Engagées»* est d’ailleurs le titre de ce livre qui paraît cette semaine, avec le sous-titre «21 portraits inspirants de femmes politiques suisses».

Des progrès réjouissants, mais…

Il s’agit d’un mélange de portraits, que l’on doit à trois plumes de journalistes: Nathalie Christen pour les Alémaniques, Simona Cereghetti pour les Tessinoises et Linda Bourget pour les Romandes. L’ouvrage s’inscrit dans la lente progression des femmes dans les instances politiques. Lors des dernières élections fédérales de 2019, elles ont gagné 20 sièges et tiennent depuis 42% des fauteuils du Conseil national. «Des progrès réjouissants, note l’introduction de l’ouvrage, même s’ils n’éclipsent pas le constat de fond: les femmes restent furieusement sous-représentées dans les sphères du pouvoir politique. Quelques chiffres résument le problème: à peine 28% de femmes au Conseil des États, 32% dans les parlements cantonaux et 27% dans les exécutifs cantonaux».

Six élues romandes

Linda Bourget, journaliste présentatrice du magazine «A bon entendeur», a dressé le portrait de six politiciennes.

Linda Bourget, journaliste présentatrice du magazine «A bon entendeur», a dressé le portrait de six politiciennes.

RTS

Cette évolution est logiquement marquée par une augmentation des femmes qui deviennent des personnalités publiques. Pour rédiger les portraits d’«Engagées», les trois auteures ont fait un choix, qui n’est pas exhaustif, mais qui donne un coup de projecteur sur des trajectoires singulières. Linda Bourget est journaliste à la RTS («A bon entendeur») et a fréquenté la Berne fédérale. Elle a écrit les portraits d’Ada Marra, Nathalie Fontanet, Lisa Mazzone, Marianne Maret, Céline Amaudruz et Johanna Gapany. Chacun des portraits fait entre dix et vingt pages illustrées de photos personnelles.

Des pages d’histoire contemporaine

La socialiste vaudoise Ada Marra ouvre cette galerie de portraits: «Si elle était un signe de ponctuation, Ada Marra serait le point d’exclamation», écrit joliment Linda Bourget. Ces portraits sont aussi des pages de l’histoire politique contemporaine de la Suisse de ces dernières années, comme celui consacré à la conseillère fédérale Viola Amherd, au profil si peu destinée à devenir cheffe du bastion masculin de l’Armée suisse. Ou celui de Céline Amaudruz, qui avait déclaré lors de l’éclatement de l’affaire Buttet: «J’ai été victime de gestes inappropriés de la part de parlementaires. Ça m’est malheureusement arrivé plusieurs fois. »

Lisa Mazzone au Conseil fédéral

Concernant Lisa Mazzone, le lecteur ou la lectrice saura tout ou presque sur la façon dont elle essaie de concilier sa vie de famille, avec ses deux enfants en bas âge, et son mandat au Conseil des États. L’élue genevoise envisage son avenir dans la politique: «Je suis trop jeune pour que ce soit déjà la fin. » Alors le Conseil fédéral, un jour, elle ne dit pas non, avise Linda Bourget. La présidence du Conseil des États lui est déjà promise dans trois ans.

*Il existe une version alémanique de l’ouvrage «Schweizer Politfrauen – 21 Porträts, die inspirieren», 2021, Ringier Axel Springer Schweiz AG. La version romande «Engagées» est éditée chez LEP Loisirs et Pédagogie SA, 2022, Le Mont-sur-Lausanne, 300 p.

Votre opinion

21 commentaires