Publié

PartenariatCes nouveaux mammifères qui s’installent en Suisse romande

Le projet «Nos voisins sauvages», soutenu par la Loterie Romande, invite tout un chacun à signaler sur son site des rencontres inopinées faites avec un animal peu courant en ville. Et les surprises sont parfois de taille.

par
Victor Fingal
La genette commune est apparue dans le canton de Genève l’été passé. Ce petit viverridé fait la joie des agriculteurs car il s’attaque aux rongeurs qui menacent parfois leurs récoltes.

La genette commune est apparue dans le canton de Genève l’été passé. Ce petit viverridé fait la joie des agriculteurs car il s’attaque aux rongeurs qui menacent parfois leurs récoltes.

DR

Vous croisez un lièvre brun en milieu urbain? N’en faites pas tout un plat, mais signalez de grâce le lieu et l’heure de cette observation peu courante sur le site Nos voisins sauvages. Et si par chance vous avez réussi à immortaliser l’animal, n’hésitez pas envoyer aussi vos photos.

«Beaucoup de nos voisins sauvages mènent une vie cachée et évitent l’homme, souligne Michel Blant, biologiste de la faune et responsable des relations publiques Romandie. Notre but consiste à rendre plus visibles et perceptibles ces citadins plus que discrets. Avec le temps, ces observations fortuites nous donnent une bonne image de la distribution et de la présence des espèces.»

Certaines des données récoltées vont ainsi enrichir le nouvel Atlas des mammifères de Suisse et du Liechtenstein à paraître cette année et qui remplacera celui de 1995. Parmi elles, signalons la pipistrelle soprane, une petite chauve-souris reconnaissable à son cri. Et deux autres mammifères plus habitués aux régions chaudes, la genette commune, un viverridé découvert sur la base d’images vidéo infrarouges prises cet été dans une forêt genevoise. Sans oublier le chacal doré, un canidé à cheval entre le loup et le renard, et qui a été observé et photographié dans le canton de Vaud. «Ce sont des mâles solitaires, attirés par nos régions probablement en raison du réchauffement climatique. Si les nouveaux territoires leur convient, les femelles suivront et ces espèces s’installeront alors durablement en Suisse.»

Mieux connaître la biodiversité en milieu urbain

Le projet «Nos voisins sauvages» fait partie de l’association VilleNature dont les objectifs consistent à sensibiliser au rôle de la ville en tant qu’habitat de la faune et de la flore sauvage. L’association s’est aussi donnée comme but d’élargir les connaissances sur la biodiversité dans l’espace urbain. «Quant à l’aide de la Loterie Romande, souligne Michel Blant, elle nous a permis de réaliser notre plate-forme en ligne qui recueille les observations et les photos des personnes qui ont eu la chance de rencontrer un animal sauvage. C’est le moteur même de notre projet.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!