09.10.2013 à 19:11

Armes chimiquesCessez-le-feu temporaire demandé pour les inspecteurs en Syrie

Le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a appelé à des cessez-le-feu temporaires en Syrie pour faciliter le travail de ses inspecteurs.

1 / 134
Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Pas moins de trois millions de Syriens ont fui leur pays en raison de la guerre civile. (28 octobre 2014)

Keystone
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP
Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

Deux attentats, dont un à la voiture piégée, menés par des terroristes près d'une école et d'un hôpital du quartier Akrama à Homs, ont fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés. (1er octobre 2014).

AFP

Des cessez-le-feu temporaires ont été demandés par l'organisation.

«Je pense que si des cessez-le-feu temporaires pouvaient être instaurés, les objectifs pourraient être atteints», a déclaré mercredi devant les médias à La Haye, où siège l'OIAC, son directeur général Ahmet Uzumcu. Et ce même si les délais impartis sont courts, en particulier la limite du 1er novembre pour la destruction de toutes les installations de production d'armes chimiques.

«Beaucoup dépend de la situation sur le terrain. C'est pourquoi nous avons appelé toutes les parties en Syrie à être coopératives», a expliqué Ahmet Uzumcu. «La coopération avec la Syrie est très constructive» et «l'élimination (des armes chimiques du territoire syrien) est dans l'intérêt de tous», a-t-il souligné.

20 sites à visiter

Depuis le déploiement le 1er octobre de la mission de l'OIAC en Syrie, les autorités de Damas ont reçu des éloges internationaux pour la coopération dont elles font preuve sur ce dossier. Les inspecteurs ont déjà visité un site d'armement chimique et en ont vu un autre mercredi. «Il y a 20 sites qui doivent être visités dans les prochaines semaines», a précisé le directeur général.

Les détails du stock syrien n'ont pas été divulgués. Il est estimé par les spécialistes à 1'000 tonnes de gaz moutarde, sarin et VX, en partie entreposées à l'état brut et en partie déjà chargées dans divers missiles. La majeure partie de ces agents chimiques serait entreposée dans les zones sous contrôle du gouvernement syrien.

12 inspecteurs de plus

En raison de la nature de son travail, l'OIAC communique rarement en détail sur ses activités. L'organisation tenait mercredi une réunion à huis clos de son conseil exécutif, qui compte 41 membres, pendant lequel Ahmet Uzumcu a donné des indications sur l'avancement de l'opération en Syrie, menée conjointement par l'OIAC et par l'ONU.

Dix-neuf experts de l'OIAC et seize spécialistes de la logistique et de la sécurité de l'ONU sont actuellement en Syrie et ont commencé à détruire des installations de production d'armes chimiques. Des images de leur travail ont été diffusées par la télévision officielle syrienne. Ahmet Uzumcu a déclaré que douze autres inspecteurs étaient en cours de déploiement à Damas.

Conférence humanitaire

L'UE doit se préparer à «un afflux massif» de réfugiés syriens, a prévenu pour sa part le commissaire européen Michel Barnier, au nom de la Commission européenne, à Strasbourg. Plusieurs pays dont la Bulgarie et la Grèce font déjà face à l'arrivée en grand nombre de réfugiés syriens, mais «ce n'est plus une question strictement nationale, c'est une question européenne», a-t-il souligné.

«La réponse n'est sûrement pas dans la fermeture de nos frontières nationales, dans le recroquevillement ou l'attitude de se barricader, elle est dans davantage d'Europe», a insisté le Français. Les députés européens ont adopté en conséquence une résolution réclamant la convocation d'une conférence humanitaire pour aider les pays voisins de la Syrie à gérer les flux de réfugiés.

Celle-ci devrait aussi se concentrer sur le renforcement de l'implication de l'UE dans les efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit. Le Parlement a de plus exhorté l'UE à «poursuivre son financement généreux» pour répondre aux besoins des Syriens.

Deux journalistes enlevés

Sur le terrain les violences ne connaissent quant à elles aucun répit. Deux obus de mortiers se sont abattus mercredi sur le siège de la Banque centrale à Damas, provoquant des dommages, mais pas de victimes, selon un résident du centre de la capitale.

En outre, deux journalistes français, Nicolas Hénin et Pierre Torres, ont été enlevés en juin en Syrie, ont annoncé officiellement leurs familles et le gouvernement, qui gardaient leur détention confidentielle.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!