Basketball: C’est la magie des play-off, on vous dit

Publié

BasketballC’est la magie des play-off, on vous dit

On n’a rien contre Massagno – les Tessinois mènent 1-0 dans leur série contre Bâle – mais nous avons mis l’accent sur les Romands, après ce premier acte des quarts de finale.

par
Jérémy Santallo
«Chaud Time», la chronique du «Matin» sur le basket suisse.

«Chaud Time», la chronique du «Matin» sur le basket suisse.

LM/Yannick Michel

Lions de Genève – Swiss Central 83-58, 1-0 dans la série

Qui sait, peut-être a-t-on enfin assisté au début de quelque chose au Pommier. Les Lions de Genève ont pris les commandes de leur série, et ce n’était de loin pas gagné d’avance. Parce que Swiss Central, cet étonnant promu qui n’étonne plus personne, était leur bête noire depuis le début de la saison. Parce que les Genevois nous ont tellement habitués à avoir de bas que l’on n’imaginait pas qu’ils puissent aller si haut… Mais c’est peut-être ça, aussi, la magie des play-off.

Samedi, on a vu Eric Nottage (9 assists) se comporter comme ce leader qui a tant fait défaut depuis le début de la saison. On a aussi vu Dragan Zekovic mettre des points (23 à 100% au tir) mais de cela, on savait qu’il en était capable. Mais on l’a aussi vu s’envoler pour capter des rebonds et presser son adversaire direct à 8 mètres de son cercle. Même Vid Milenkovic, reconverti en deuxième meneur, a retrouvé un semblant d’utilité dans un groupe qui est transfiguré lorsque ses joueurs suisses (Jurkovitz, Kuba, Seylan) sont bons en même temps.

On tempère, toutefois: le basket est un sport d’adresse et ils ne shooteront pas tous les jours à 50% derrière l’arc. Pour se prémunir d’une quelconque panne, dès mardi, pour l’acte II; il faudra défendre dur, se jeter sur les ballons, et contrôler le rebond. Et cela, ils l’ont magnifiquement fait samedi.

Union Neuchâtel – BBC Nyon 57-71, 0-1 dans la série

Il est impossible de prédire le vainqueur de cette série. On s’explique.

Parfaitement préparés tactiquement par Stefan Ivanovic – les rotations défensives autour du géant Dragan Tubak étaient juste magnifiques lors des 12 premières minutes samedi –, les Nyonnais ont récupéré l’avantage du terrain en s’imposant à la Riveraine. Mais ils ont shooté à 53% à 3 points (8/15), ce qui est, comme pour les Lions, assez incandescent. Jérémy Jaunin et Isiah Umipig ont rayonné sur la fin de rencontre et le top scorer Maleye N’Doye n’a, du coup, pas eu à forcer son talent. Il faut aussi souligner l’apport plus que bienvenu de Laurent Zoccoletti, le revenant, au rebond.

Bref. Samedi, les joueurs du Rocher ont livré vraiment une très belle partition collective. Mais cela pourrait vite tourner dans l’autre sens. Pourquoi? Parce que Killian Martin, que l’on a vu se coller des baffes en regagnant le banc pour la dernière fois, ce week-end, va forcément faire mieux que son – 2 d’évaluation et ses 4 fautes en 9 minutes de jeu. On rappelle que le joueur neuchâtelois est de retour après six semaines d’absence et donc clairement en manque de rythme.

Parce que Bryan Colon et Selim Fofana ne vont sûrement pas encore rater 22 tirs à eux deux.

Parce que Aleksa Popovic ne rendra sûrement pas une autre copie blanche (0 point en 31 minutes!). Ou alors il va très vite falloir que Mitar Trivunovic se pose la question de titulariser Noé Anabir à sa place.

Enfin parce que dans les jours à venir, le vrai problème de Jaunin et Umipig pourrait bien se nommer Yoan Granvorka. Sur le flanc depuis trois mois, l’ailier reste le meilleur défenseur sur l’homme à Union. Samedi, on l’a vu s’échauffer avec le groupe. Ce lundi, il devait reprendre les entraînements avec contact. Mercredi, jour de l’acte II, il va croiser les doigts comme jamais en espérant recevoir le feu vert du médecin. Et que la magie des play-off opère aussi, pour lui.

Fribourg Olympic – BBC Monthey 83-74, 1-0 dans la série

Sur le papier, c’est sans doute la série la plus déséquilibrée. Mais dans les faits, on reste persuadé que Monthey a un petit coup à jouer face à Fribourg. Pour éliminer le champion en titre? Jamais de la vie et si les Valaisans gagnent un match, ce sera déjà très beau. Cette saison, ils ont souvent tenu tête à Olympic. Le problème, c’est que c’est toujours sur une mi-temps. Ou trois quart-temps. Bref, il manque toujours un bout et c’est bien là que le bat blesse contre l’effectif sublimement managé par Petar Aleksic – dix joueurs interchangeables qui ont tous marqué et joué entre 28 et 8 minutes.

Samedi, Monthey est arrivé à Saint-Léonard alors que son dernier entraînement à haute intensité remontait au mardi – Le Reposieux était en travaux dès le mercredi et le staff n’était pas au courant… Vous avez dit pas idéal comme préparation? Jacori Payne et ses coéquipiers ont ensuite perdu bien trop de ballons et laissé échapper trop de rebonds sur les deux premiers quarts. Enfin sur les quatre joueurs suisses qui ont foulé le parquet (Tutonda, Kessler, Fritschi, Salman), seul le premier cité a mis un panier.

Il était impossible de gagner un match dans ces conditions. Mais les Sangliers ont déjà l’occasion de se rattraper, mardi, toujours à Fribourg. La magie des play-off, on vous dit.

Ton opinion