Football - «C’est le match le plus important de ma carrière avec la Suisse»
Publié

Football«C’est le match le plus important de ma carrière avec la Suisse»

À la tête de la Nati féminine depuis janvier 2019, le sélectionneur danois Nils Nielsen joue gros avec le match retour du barrage contre la République tchèque ce mardi soir à Thoune.

par
Ugo Curty
Nils Nielsen et la Suisse espèrent se qualifier pour l’Euro 2022.

Nils Nielsen et la Suisse espèrent se qualifier pour l’Euro 2022.

Freshfocus/archive

En 21 matches à la tête de l’équipe de Suisse féminine, Nils Nielsen affiche un bilan tout juste positif (9 victoires, 6 nuls et autant de défaites). Le Danois jouera gros ce mardi à Thoune, plus de deux ans après son arrivée à ce poste. À Thoune (20h), son équipe disputera à la République tchèque l’une des trois dernières places qualificatives pour l’Euro 2022.

Faire taire les critiques

Grâce au match nul obtenu au match aller vendredi (1-1), les Suissesses se retrouvent dans une position favorable mais la pression reste grande sur les épaules de Ramona Bachmann et ses coéquipières. «C’est le match le plus important de ma carrière avec la Nati, a reconnu Niels Nielsen lundi en conférence de presse. Depuis que je suis arrivé, les médias ont affirmé que l’équipe n’était pas performante lorsque cela comptait vraiment. Mardi, elles donneront la réponse à ces interrogations.»

La Suisse avait changé de statut, sous la férule de Martina Voss-Tecklenburg (2012-2018). L’Allemande avait qualifié sa formation pour la Coupe du monde 2015 puis l’Euro 2017. La Nati de Niels Nielsen doit désormais franchir un palier sur lequel elle a trop souvent buté ces derniers mois.

Dans cette campagne pour le championnat d’Europe 2022, qui aura lieu en Angleterre, la Suisse a laissé passer deux grosses occasions en phase de poule, en concédant le nul en Croatie (1-1) et, surtout, en s’écroulant en Belgique (4-0) alors qu’un point suffisait pour remporter ce groupe H.

Le coup de la panne d’arrosage

De mauvais souvenirs que l’équipe nationale pourrait gommer ce mardi en éliminant la République tchèque. Au match aller, les Suissesses ont arraché le nul à la 90e minute grâce à un penalty d’Ana-Maria Crnogorcevic (1-1). Leurs adversaires leur avaient pourtant posé de gros problèmes en fermant le jeu. «Notre état d’esprit, a été bon, en se battant jusqu’à la fin, a d’abord salué Nils Nielsen. Mais nous devons être meilleures avec le ballon, jouer plus vite pour déstabiliser ce bloc tchèque.» Pour déjouer les plans helvétiques, la fédération tchèque avait refusé d’arroser le terrain pour rendre l’herbe plus lente.

Les Suissesses ont néanmoins manqué de justesse dans le dernier geste. Malgré 13 tirs (dont cinq cadrés), ce n’est que sur un penalty salvateur que la Nati est parvenue à égaliser. «Face au but, nous devons être plus précises, a reconnu le sélectionneur. Nous avons eu pas mal d’occasions mais nous n’avons pas su les concrétiser.»

Des Tchèques plus offensives

À Thoune, les Tchèques ne pourront plus se contenter de défendre. Ce but encaissé à Chomutov les obligera à inscrire au moins un goal pour se qualifier. L’équipe de Suisse devra profiter de cette réalité mathématique et des espaces laissés par la formation de Karel Rada.

La Nati espère retrouver le championnat d’Europe, quatre ans après sa participation à l’Euro 2017. La Suisse avait été éliminée dès la phase de poule après un nul face à la France (1-1). Aux Pays-Bas, Nils Nielsen avait connu un autre sort puisque l’entraîneur avait mené les Danoises jusqu’à la finale (défaite 4-2 face aux Néerlandaises).

Votre opinion