Actualisé

Police«C’est plutôt Genève qui est la ville la moins sûre de Suisse»

Selon les calculs de la criminologue et élue fédérale Rebecca Ruiz, la ville de Genève reprend la première place à Lausanne en matière de statistiques criminelles.

par
Dominique Botti
Rebecca Ruiz pense que la manière de noter les délits biaise les résultats cantonaux.

Rebecca Ruiz pense que la manière de noter les délits biaise les résultats cantonaux.

Laurent Crottet

Dans le domaine de la criminalité, il y a les faits objectifs (un cambriolage a eu lieu) et le sentiment d’insécurité (j’ai peur de me faire cambrioler). Entre les deux, il y a l’influence de la statistique: plus il y a de crimes et de délits et plus la peur augmente. Autant dire que la publication annuelle des chiffres de la Statistique policière de la criminalité par l’Office fédéral de la statistique (OFS) est importante. Elle donne même lieu à un palmarès des villes les moins sûres de Suisse.

Un classement contesté

Cela fait des années que Genève et Lausanne veulent échapper à la tête de ce classement criminogène. En mars dernier, la capitale vaudoise était confirmée sur la première marche du podium 2014. Genève était deuxième. Ce classement est aujourd’hui contesté par la conseillère nationale socialiste, Rebecca Ruiz. Selon les calculs de cette criminologue de profession, «c’est plutôt Genève qui est la ville la moins sûre de Suisse». Explications.

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion