Philippines – «C’est un cirque»: la saison électorale est lancée
Publié

Philippines«C’est un cirque»: la saison électorale est lancée

Des personnalités politiques mais aussi des célébrités du petit écran ou un détenu sont parmi des milliers de candidats pour des postes allant de président à conseiller municipal.

Un successeur au président Rodrigo Duterte sera élu en mai.

Un successeur au président Rodrigo Duterte sera élu en mai.

AFP

Le coup d’envoi de la saison électorale a été donné vendredi aux Philippines avec en lice des célébrités du petit écran, des personnalités politiques et au moins un détenu, parmi des milliers de candidats pour des postes allant de président à conseiller municipal. Une procédure d’inscription d’une semaine marque le début de sept mois de campagne pour plus de 18’000 postes, mais la pandémie et la misère économique entraînée par les confinements répétés pourraient cette année en atténuer l’atmosphère festive.

En mai sera élu un successeur au président Rodrigo Duterte, à qui la Constitution interdit de briguer un second mandat de six ans, au terme d’un scrutin qui devrait attirer plus de 60 millions d’électeurs. Rodrigo Duterte, toujours aussi populaire dans les sondages que lorsqu’il a été porté à la tête du pays en 2016 en promettant de le débarrasser de la drogue, a déclaré qu’il se présenterait à la vice-présidence. Parmi les principaux candidats à sa succession figurent sa fille, Sara, et son allié Ferdinand «Bongbong» Marcos, fils et homonyme de l’ancien dictateur du pays.

L’ex-acteur et maire de la ville de Manille Francisco Domagoso, connu sous son pseudonyme Isko Moreno, et la superstar de la boxe Manny Pacquiao, qui vient de prendre sa retraite, envisagent également de se présenter. Ce dernier est allé s’inscrire vendredi, conduit dans un bus portant l’inscription «Man of Destiny». Sur son trajet, retransmis en direct sur Facebook, des dizaines de supporters agitaient le drapeau national au bord de la route. Dans cette démocratie chaotique, les campagnes électorales sont souvent hautes en couleur et riches en vedettes, les candidats faisant appel à des célébrités pour attirer les foules.

«Clowns»

«C’est un cirque», explique à l’AFP l’analyste politique Tony La Vina. Les électeurs «ont le sentiment que pendant ce bref moment, ils sont les patrons et se font courtiser par des prétendants dont ils exigent qu’ils chantent, dansent ou fassent les clowns». Cette saison électorale pourrait être moins festive, selon les analystes, mais probablement tout aussi meurtrière, certains politiciens ayant recours à la violence pour éliminer leurs rivaux malgré l’interdiction des armes à feu.

La campagne se déroulera «en grande partie» sur les réseaux sociaux, a prédit Tony La Vina, la montée des infections et le rythme lent des vaccinations limitant les rassemblements de masse. Cela pourrait rééquilibrer les chances de candidats moins connus dans un pays où avoir de la personnalité et un nom reconnu sont essentiels pour gagner des voix, estime Ronald Mendoza, doyen de l’Ateneo School of Government de Manille. À condition d’y mettre le prix, car le pays reste en proie à la pauvreté, à la corruption et à une culture historique du favoritisme.

Imprévisible

Pour l’analyste Richard Heydarian, il est encore trop tôt pour désigner un potentiel vainqueur dans la course présidentielle. «Cela dépendra beaucoup de qui va se présenter, du nombre de candidats, des débats présidentiels et du genre de singeries que les candidats vont faire», a-t-il déclaré.

Rodrigo Duterte n’a pas encore annoncé le nom de son favori, une préoccupation constante pour les présidents philippins sortants qui cherchent à éviter d’être arrêtés. Beaucoup s’attendent à ce que ce soit sa fille Sara, qui le protégerait probablement des poursuites pénales aux Philippines et des procureurs de la Cour pénale internationale qui enquêtent sur sa guerre meurtrière contre la drogue.

Même si Sara Duterte rate la date limite d’inscription du 8 octobre, elle a encore jusqu’au 15 novembre pour faire une inscription tardive, comme son père en 2015. Un soutien présidentiel serait un «baiser de la mort» pour son destinataire, selon Jorge Tigno de l’institut de sondage Social Weather Stations, même si le taux de satisfaction de Rodrigo Duterte était encore de 62% en juin, contre 64% en septembre 2016, selon l’institut.

(AFP)

Votre opinion

2 commentaires