Tennis: «C’est une grosse déception, mais il ne faut pas se laisser abattre»
Publié

Tennis«C’est une grosse déception, mais il ne faut pas se laisser abattre»

Défait au premier tour de Roland-Garros, le Vaudois va chuter au classement ATP. Mais il refuse de broyer du noir.

par
Arnaud Cerutti
Paris
Stan Wawrinka ne veut pas se laisser abattre par cette défaite au premier tour à Roland-Garros.

Stan Wawrinka ne veut pas se laisser abattre par cette défaite au premier tour à Roland-Garros.

Keystone

Rincé par son combat de plus de 3 h 30 perdu contre Guillermo Garcia-Lopez, Stan Wawrinka est arrivé trempé de sueur, malgré la douche, en conférence de presse.

Bien que déçu d’avoir pris la porte dès le premier tour de ce Roland-Garros 2018, l’ancien lauréat ne voulait pas tout jeter à la poubelle. Même sa chute au classement ATP – où il devrait pointer au 256e rang le lundi 11 juin – ne l’inquiète pas plus que cela.

Stan Wawrinka, on vous a vu demander un temps-mort médical en fin de première manche. Que s’est-il passé?

Rien de spécial. J’ai ressenti un petit quelque chose, comme un blocage, sur le côté de ma jambe. Voilà pourquoi j’ai demandé le physio. Il m’a manipulé et ça a bien été par la suite. Je suis heureux avec mon genou. Tout est positif sur ce plan-là.

A quel point cette défaite vous fait-elle mal, sachant que vous avez eu les opportunités pour conclure en quatre manches?

Là, sur le moment, c’est une grosse déception, c’est sûr, car j’étais tout proche de passer l’épaule. Il y a qui plus est pas mal de fatigue mentale qui s’ajoute à cela. Mais il faut retenir le positif de ces derniers jours. Je sais que joue très bien, que physiquement et tennistiquement je vais de mieux en mieux. En prenant un peu de recul, je peux aussi me dire que j’ai livré une belle bagarre pour mon premier match en cinq sets depuis un an et que j’ai perdu contre un très bon joueur, Guillermo Garcia-Lopez, contre lequel j’ai déjà perdu en étant au mieux de ma forme. Je ne vais donc pas me laisser abattre.

Reste qu’avec cette élimination, vous allez chuter au-delà du 250 e rang mondial. Comment faire pour revenir?

Il va falloir commencer par gagner des matches (sourire). Plus sérieusement, je vais retourner bosser à l’entraînement pour augmenter encore mon niveau de jeu. Je vais aussi demander quelques «wild-cards» dans des tournois en sachant que je vais probablement en recevoir quelques-unes. Et puis, si je dois aller jouer des Challengers çà et là, j’irais. Cela n’est pas un souci. Je connais le chemin pour revenir au meilleur niveau et tôt ou tard j’y reviendrai. Je sais déjà que je suis de plus en plus proche de là où je veux aller, que je joue mieux que ce que mon futur classement ne va indiquer.

Allez-vous bel et bien jouer sur gazon?

Oui, il n’y a aucune contre-indication vu comment mon genou se porte actuellement. Je vais faire tous les efforts qu’il faut pour revivre un match comme aujourd’hui sur le Lenglen. Il me faut signer des victoires difficiles, telles que celle à côté de laquelle je viens de passer, pour revenir. Je suis optimiste.

Il faut encore redoubler d’efforts pour cela…

Oui, et c’est parfois mentalement dur, car depuis ma blessure, je n’ai eu aucun jour «off» et chaque chose me demande un effort supplémentaire. Je savais que ce serait comme ça, mais cela n’est pas évident. Quand on est en pleine carrière, sans être blessé, on fournit bien sûr beaucoup d’efforts, mais on se retrouve presque en pilote automatique, sans dépenser trop d’énergie. Alors que, là, quand on revient, on n’est plus dans ce mode-là. Cela prend du temps. Sur le court, ça devient également difficile lorsqu’on puise mentalement. Aujourd’hui, c’est le tennis qui tenait ma tête, alors que toute ma carrière, je l’ai en bonne partie construite en étant fort physiquement. Mais bon, je suis persuadé d’être dans la bonne direction, je vais me pousser.

Avec Magnus Norman à vos côtés?

On n’en a pas encore discuté et on va le faire ces prochaines heures, mais c’est l’idée, oui. L’envie est a priori là des deux côtés. On avance gentiment, sans stress.

Votre opinion