Hockey sur glace – «C’est une opportunité de rêve que je ne pouvais laisser passer»
Publié

Hockey sur glace«C’est une opportunité de rêve que je ne pouvais laisser passer»

Auteur de deux réalisations vendredi à Langnau, Maxime Fortier, le nouvel étranger du HC Ajoie, a réussi ses débuts dans le championnat de Suisse. Il est bien le seul Ajoulot à avoir marqué cette partie de son empreinte.

par
Julien Boegli
Maxime Fortier faisait ses débuts en National League vendredi soir.

Maxime Fortier faisait ses débuts en National League vendredi soir.

Martin Meienberger/freshfocus

Ils vivaient tous deux leur première soirée en National League vendredi et ils ont dû se demander dans quel guêpier ils venaient de poser leurs patins.

Attaquant des Ticino Rockets depuis un mois, François Beauchemin est certes habitué aux soirées de galère avec le collectif tessinois, modeste 10e en Swiss League. Celle de vendredi à l’Ilfis ne changeait en soit rien pour le Québécois de 25 ans (5 buts et 3 assistes en 9 matches), si ce n’est la catégorie de jeu. Appelé à renforcer le collectif de Porrentruy tout pendant que sa légion étrangère soigne ses bobos – Jonathan Hazen, Guillaume Asselin et Jérôme Leduc en l’occurrence –, Beauchemin prendra celui du Jura à chaque fois que ses «fusées tessinoises» ne joueront pas.

«J’ai beaucoup de choses à prouver»

Maxime Fortier, renfort du HC Ajoie.

Maxime Fortier devrait lui s’établir plus durablement au sein du vestiaire ajoulot. C’est du moins son souhait le plus précieux. «C’est une opportunité de rêve. Je ne pouvais la laisser passer», dira l’intéressé au terme de sa première sortie dans la plus haute ligue helvétique. Même si son contrat porte jusqu’à fin décembre, une prolongation jusqu’au terme de la saison est entreposée pour l’heure dans les tiroirs de la Raiffeisen Arena. «J’ai beaucoup de choses à prouver et je compte bien y arriver. Je ne suis pas ici de passage mais pour m’y installer.»

Du ciel à la glace

Débarqué à l’aéroport de Zurich vendredi à 11 h 30 avec sa compagne, l’attaquant montréalais de 23 ans était déjà sur la glace emmentaloise en soirée et s’est fait l’auteur de deux des trois réussites de sa nouvelle formation. Un doublé rendu anecdotique au regard de la déroute collective subie par le néo-promu (9-3). «Quand une équipe fait appel à tes services, c’est qu’elle a besoin de toi. Je voulais simplement montrer qu’elle pouvait compter sur moi en embarquant sans attendre. Franchement, je n’aurais manqué ce match pour rien au monde.»

16 heures de voiture mercredi entre la Caroline du Nord et Montréal, deux petites heures de sommeil dans l’avion ainsi que la découverte d’un nouvel univers de jeu n’ont pas empêché Fortier de laisser une bonne première impression. Avec Beauchemin, il est d’ailleurs le seul à être sorti du lot dans les rangs jurassiens. Ce qui en dit long sur la prestation de ses nouveaux camarades de jeu… «Avidement, à titre individuel, c’est un bon début. Je n’ai toutefois pas la réputation d’être un gars qui se satisfait de ses performances. Je suis convaincu que j’ai mieux à offrir.»

Après plus de deux semaines de recherches, Vincent Léchenne, le directeur technique et assistant de Sheehan à la bande, a donc (enfin) mis la main sur un attaquant doté d’un coup de patin rapide, qui prend sa chance dès qu’il le peut. Un profil similaire à celui de Hazen. Un chiffre qui le prouve: 9 des 23 envois ajoulots adressés à Robert Mayer sont partis de sa canne! «Je m’appuie sur un bon jeu vitesse et j’aime aller au filet. Ces deux buts, honnêtement, ce n’est rien de fou, j’avais juste à les mettre au fond.»

Au final, son destin a basculé en milieu de semaine. Retranché du camp de la franchise AHL des Checkers de Charlotte, le bonhomme a accepté l’offre proposée par la direction du HCA. «C’est le monde du hockey, les choses se passent vite, on se doit d’être prêt à réagir.» Lui semblait n’attendre que cette opportunité. «Je ne viens pas ici pour améliorer mes stats personnelles, mais pour aider une équipe qui en a besoin.»

Une trajectoire compliquée

À en juger son CV des trois dernières années, on s’imagine pourtant mal l’ailier droit devenir une véritable attraction en National League. Depuis sa sortie des juniors nord-américains, le Québécois n’est jamais parvenu à se faire une place en AHL, la deuxième division d’outre-Atlantique. Après une cinquantaine de matches étalés sur deux ans entre 2018 et 2020 aux Monsters de Cleveland (3 buts), Fortier a passé la dernière saison entre la Slovaquie (38 matches aux Bratislava Capitals) et la Grande-Bretagne (14 rencontres pour le Manchester Storm). «Si on regarde mon résumé, on se montrera surpris de me voir débarquer dans cette ligue. Je le répète, je viens ici car j’ai des choses à prouver. Je suis ravi qu’on m’en offre l’opportunité.»

Quant à la vue de son parcours chez les juniors, Maxime Fortier pourrait tout aussi bien être un élément au potentiel encore inexploité. Durant ses quatre exercices passés aux Halifax Moosheads, entre 2014 et 2018, dont il fut au passage le capitaine, le vif attaquant a terminé deuxième meilleur compteur de la ligue derrière son coéquipier, un certain Nico Hischier. «Cela a été une chance incroyable de pouvoir grandir à ses côtés. Nico m’a beaucoup apporté, il m’a aidé à me développer.»

Nico Hischier et Maxime Fortier ont évolué ensemble

Nico Hischier et Maxime Fortier ont évolué ensemble

AFP

Ce samedi soir (19h45), le public ajoulot pourra observer une première fois son nouveau numéro 14 lors de la venue de FR Gottéron à Porrentruy. Sans Beauchemin sur l’aile gauche mais avec très certainement Phil-Michaël Devos au centre. «Devos? C’est un joueur exceptionnel. En ligues juniors, il terminait toujours meilleur compteur du championnat. Chaque matin, je voyais son nom inscrit dans le journal.»

Après une semaine faite de nombreux rebondissements, Fortier ne risque-t-il pas subir un contrecoup? «Le réveil risque fort d’être difficile. Ce ne sera pas facile samedi soir, mais je donnerai mon 100% », promet-il.

Pour les détails du match Langanau – Ajoie, cliquez ici.

Votre opinion