Biden-Poutine - Cette affaire valaisanne va-t-elle empoisonner le sommet de Genève?
Publié

Biden-PoutineCette affaire valaisanne va-t-elle empoisonner le sommet de Genève?

L’annonce de l’arrestation en Valais d’un homme d’affaires ami d’un proche de Vladimir Poutine donne un avant-goût de guerre froide au rendez-vous du 16 juin prochain, à Genève.

par
Eric Felley
Joe Biden et Vladimir Poutine parleront sans doute de l’avenir de Vladimir Kliouchine lors du sommet de Genève.

Joe Biden et Vladimir Poutine parleront sans doute de l’avenir de Vladimir Kliouchine lors du sommet de Genève.

AFP

À ce niveau-là, rien n’arrive vraiment par hasard. Selon le site d’information sur la criminalité économique en Suisse, Gotham City: «L’information ressort d’un arrêt du Tribunal fédéral rendu public quelques jours seulement avant la rencontre entre les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine». Qui a fait circuler cet arrêt concernant l’arrestation de Vladislav Kliouchine? On n’en sait rien.

Vladislav Kliouchine, homme d’affaires russes, est recherché par les Américains. Il est soupçonné d’avoir réalisé avec d’autres des délits d’initiés portant sur des dizaines de millions. Il est également à la tête d’un groupe qui s’occupe d’un système de monitoring des réseaux sociaux et des médias. C’est peut-être cela qui intéresse davantage les Américains, plutôt que les millions subtilisés sur les marchés. Dans la plus grande discrétion, il a été arrêté au mois de mars quelque part en Valais, à la demande des Américains. Depuis, il attend en prison une éventuelle extradition vers les États-Unis.

Là où l’affaire se corse, c’est que ce Vladislav Kliouchine est un proche d’Alexeï Gromov, directeur adjoint de l’administration présidentielle russe depuis 2008 et premier directeur adjoint depuis 2012. C’est donc quelqu’un de très proche du président Poutine. Alexeï Gromov fait cependant l’objet d’une interdiction de voyager en Union européenne et du gel de ses avoirs, dans le cadre des sanctions prises à l’encontre de la Fédération de Russie pour son rôle dans la crise ukrainienne de 2013-2014.

Des secrets dommageables pour le Kremlin?

Arrestation le 21 mars, demande d’extradition le 19 avril, décision du Tribunal fédéral le 20 mai, publicité de l’affaire le 8 juin, soit huit jours avant le 16 juin, date de la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève. Y a-t-il une suite logique dans ces dates, en particulier la dernière? Vladislav Kliouchine semble être un individu important pour les deux parties… «De par sa connaissance intime des technologies russes d’information (et de désinformation), l’homme pourrait révéler des secrets dommageables pour le Kremlin», écrit «Le Temps», qui ajoute que le contenu de l’acte d’accusation émis par la cour de district du Massachusetts le 19 mars 2021 n’est pas connu.

Arrêté deux jours après en Valais

Depuis l’émission de l’acte d’accusation, il a fallu seulement deux jours pour que l’homme soit arrêté en Valais. Il semblerait que la Suisse n’a pas eu le choix que de coopérer pour procéder à son arrestation. Cette affaire donne soudain à ce sommet de Genève un côté «guerre froide» avec un possible échange de prisonniers… La Suisse est également mise sous pression, car sa justice doit se prononcer sur l’extradition de l’encombrant personnage aux États-Unis. À moins que Joe Biden et Vladimir Poutine ne règlent le cas en tête-à-tête.

Votre opinion

47 commentaires