Football: Cette équipe de Suisse est très... suisse
Publié

FootballCette équipe de Suisse est très... suisse

La formation de Vladimir Petkovic représente à merveille son pays. Son succès en Géorgie (0-2) en est une nouvelle preuve.

par
Robin Carrel
Tbilissi

Samedi en fin d'après-midi à Tbilissi, la sélection helvétique a fait le boulot avec patience, minutie et maîtrise. Elle avait quelques défauts de conception visibles en première période, alors elle s'est adaptée et a remis l'ouvrage sur le métier. Les actions se sont empilées, les buts ont fini par tomber, tout comme les trois points.

Le sélectionneur n'est de loin pas étranger à ce changement de physionomie entrevu au retour des vestiaires. Le coach des Suisses a rapproché Breel Embolo de Mario Gavranovic, trop seul en pointe et qui s'épuisait dans des courses inutiles. Il a équilibré le tout en reculant Steven Zuber sur son flanc gauche, lui permettant de participer davantage au jeu. Bingo!

Sur l'ouverture du score des huitièmes de finaliste de la dernière Coupe du monde, c'est le joueur de Schalke 04 qui a joué en appui sur celui de Stuttgart. Le plus dur était fait, d'autant plus que les Géorgiens n'ont jamais réellement menacé Yann Sommer (25 tirs à 6, 8 cadrés à 1). L'addition aurait même pu être plus lourde et Petkovic le premier voit déjà bien plus loin que la victoire sèche.

Après la rencontre, le sélectionneur pestait contre les actions ratées de la fin du match. Il faut dire qu'il a de la mémoire et le souvenir d'une qualification directe récemment manquée au goal-average... Il a toutefois oublié de souligner que pour un championnat d'Europe, c'est la confrontation directe qui fait foi. Mais l'ambition reste.

Mario Gavranovic, lui, n'avait pas le sourire et encore moins le goût de sortir un trop récurrent «l'important, c'est les trois points» en sortant du Stade Boris-Paichadze. Le Tessinois n'a pas eu le moindre ballon convenable dans la surface de vérité et un attaquant se nourrit de buts.

Le perfectionnisme, encore une qualité très suisse, non?

Votre opinion