Publié

TournageCette fois, il utilise de vrais flingues!

Dénoncé pour avoir tourné un clip avec un pistolet d'alarme, le rappeur biennois MC Ivory a récidivé avec des armes réelles: MP4, fusil d'assaut et calibre 9 mm.

par
Vincent Donzé

Le rappeur biennois MC Ivory a de la suite dans les idées. Dénoncé pour avoir réalisé un tournage sur la voie publique en tirant une balle à blanc, le voici qui manipule des armes réelles dans son nouveau clip. «Le tournage a été réalisé sur un terrain privé», soutient Ehua Kablan, alias MC Ivory.

«Si les armes factices ne mettent pas à l'abri des ennuis, autant en utiliser de vraies», poursuit le rappeur. MP4, fusil d'assaut, calibre 9 mm, short gun: MC Ivory a sorti la grosse artillerie. D'où proviennent les armes utilisées pour illustrer le titre «Skin Bounty Musique», posté sur YouTube avant sa sortie en CD en mai prochain? «Elles ont été fournies par un ami qui possède le port d'armes», explique MC Ivory.

Pour ne pas risquer une nouvelle dénonciation, MC Ivory s'est assuré la présence du détenteur des armes pendant le tournage réalisé chez son garagiste. «Nous avons rempli toutes les conditions posées par la police», résume le rappeur, qui manie un MP4.

Artiste jouant au truand

Avec MC Ivory, c'est un artiste qui joue au truand, et pas l'inverse: on est loin du clip violent de Jamahat, ce gang chaux-de-fonnier dont les meneurs ont été lourdement condamnés. Son casier judiciaire n'est pas vierge, mais Ehua Kablan assure que l'usage d'une arme n'y figure pas.

La scène de braquage qui lui a valu une interpellation musclée et une poursuite pénale n'existe que dans la fiction. Dénoncé pour avoir tiré une balle à blanc avec un calibre 9 mm un dimanche d'été dans une zone industrielle, MC Ivory ne connaît pas encore le montant de l'amende: la procédure est toujours en cours.

Sa mésaventure lui a inspiré le clip «Faux braquo vrai cachot», tourné avec un pistolet en plastique et posté sur YouTube, dont plusieurs scènes ont été tournées à Bienne avec de vrais policiers, pendant une journée portes ouvertes. Mais avec «Skin Bounty Musique», réalisé, monté et produit par ses soins, MC Ivory ne règle plus ses comptes avec la police, mais avec les diffuseurs de la musique rap.

Ton opinion