21.08.2020 à 16:54

La Chaux-de-FondsCeux qui ont volé leur van ont détruit un rêve

Emma et Arnaud ont consacré toute leur énergie à aménager un fourgon pour des escapades en amoureux. Le vol de leur Renault Trafic fait mal au cœur.

par
Vincent Donzé
1 / 10
Emma et Arnaud se sont fait voler le van qu’ils avaient aménagé de leurs mains dans la nuit du 17 au 18 août 2020 à La Chaux-de-Fonds.

Emma et Arnaud se sont fait voler le van qu’ils avaient aménagé de leurs mains dans la nuit du 17 au 18 août 2020 à La Chaux-de-Fonds.

Lematin.ch/Sébastien Anex
Avant, le couple a profité de la pause forcée due au coronavirus pour réaliser son rêve ce printemps

Avant, le couple a profité de la pause forcée due au coronavirus pour réaliser son rêve ce printemps

DR
Les tourtereaux ont acheté ce van pour 7800 fr.

Les tourtereaux ont acheté ce van pour 7800 fr.

DR

Un vol de véhicule, habituellement, c’est surtout une affaire d’assurances. Mais quand un jeune couple a consacré tout son cœur et tout son temps à faire d’un van un camping-car, et que ce fourgon a disparu, la tristesse et l’incompréhension s’ajoutent à la colère, à rue du Temple-Allemand, à La Chaux-de-Fonds (NE).


L’enseignante Emma Gutjahr (25 ans) et l’étudiant Arnaud Herincks (26 ans) forment un couple printanier. Pas seulement parce qu’ils se sont rencontrés autour du 21 mars dernier, mais parce qu’ils ont gardé des papillons dans le ventre. Leur amour s’est cristallisé sur un fourgon aménagé par leurs soins. Dès lors, quand le véhicule n’était plus au bas de leur immeuble, tout s’est assombri.


Après une escapade au Benelux, Arnaud s’est rendu lundi soir à son entraînement de judo. «De retour à minuit, j’ai parqué le van devant la maison», rapporte Arnaud, qui n’avait pas pris le temps de sortir son appareil photo avec ses objectifs, son drone, son paddle…

Le rêve s’envole


Partir sur les routes, c’est un objectif déjà réalisé par Emma au Canada et en Australie/Nouvelle-Zélande. Pour vivre cette expérience avec sa belle, Arnaud s’est plié en quatre: il a acheté un van Renault Trafic blanc qui servait de véhicule d’entreprise depuis 2006. Une affaire à 7800 francs, avec 60 000 km au compteur, payé avec des jobs d’été, notamment à la piscine du Locle.

L’aménagement intérieur, c’était l’affaire d’Arnaud, qui a installé un sommier, des armoires, une batterie supplémentaire pour la lumière et les ordis «Il était top», soupire Emma. Le rêve s’est envolé lundi dernier: «Descendu le premier, mon père s’est dit que j’étais déjà parti pour faire un remplacement», rapporte Arnaud

Dépités, Emma et Arnaud posent dans la rue où leur van a été volé.

Dépités, Emma et Arnaud posent dans la rue où leur van a été volé.

Lematin.ch/Sébastien Anex

«Quand je suis descendu à mon tour, pieds nus pour récupérer des documents, j’ai d’abord pensé que la fourrière avait embarqué mon van», raconte Arnaud. Dépité, il a fait le tour du quartier avant de se rendre au commissariat.


Après des séjours à Annecy, au Pilatus ou à Amsterdam, le couple avait soif d’aventure. «On a parqué notre véhicule au centre de Bruxelles sans problème. Dans un Parc & Ride d’Amsterdam, on a fait demi-tour en voyant des débris de verre par terre. Et c’est à La Chaux-de-Fonds que ça arrive. Pourquoi ont-ils volé un van et pas une limousine?» s’énerve Arnaud. L’explication passe peut-être par le vol de son portefeuille, une semaine plus tôt.

«J’ai vidé mes larmes»


«On m’a volé toutes mes cartes à la plage des Jeunes-Rives de Neuchâtel, où mon van était stationné dans le parking. Ma famille fait un lien…», rapporte Arnaud, dubitatif. «Ce n’est pas dramatique en soi, mais ce n’est pas juste: je peux vous dire qu’ils avaient bossé», commente la maman d’Arnaud.


Triste? «J’ai vidé mes larmes», affirme Emma. Au saut du lit, Arnaud descendait dans la cour pour travailler dans la cour de l’immeuble. Son amoureux s’étant investi d’arrache-pied, c’est elle qui remue ciel et terre pour retrouver le Renault Trafic, avec 700 partages sur les réseaux sociaux.

Avis européen


«Quand je vois tout le mal qu’il s’est donné, ça me fait mal au cœur», dit-elle. «J’hésitais à le prêter, même à son frère…», reconnaît Arnaud. Les yeux baissés, l’étudiant bricoleur fait un aveu supplémentaire, sans finir sa phrase: «Même quand elle était au volant…».


Le vol a été annoncé à la police, qui a diffusé un avis européen. Si le Renault Trafic n’est pas retrouvé, le couple ne repartira pas à zéro avec un autre van. En été, qui plus est avec la pandémie, c’était le bon moment pour aménager un van. Passé 2020, Emma et Arnaud se fixeront d’autres objectifs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
97 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Papi Mougeot

22.08.2020 à 19:05

Il faut avoir une bonne connaissance de ce véhicule français et son plan de câblage, ça peut être une piste pour la police, avec la frontière à deux pas...

Piotr

22.08.2020 à 17:49

Et on s'étonne et s'alarme qu'à Neuchâtel des groupes décidés se montent pour remettre de l'ordre à la place des autorités... qui n'en ont plus. On laisse courir les malandrins et on culpabilise les victimes. On marche sur la tête dans notre pays.

Curieux

22.08.2020 à 16:59

Il serait intéressant de savoir comment le ou les malfrats ont eu la possibilité de dérober ce véhicule. Si ce dernier est un ancien modèle, je ne vois que la clé au tableau de bord ou ponter les fils après que les portières ne soient pas verrouillées. Si ce fourgon a des composants électroniques, alors il faut être équipé d'un appareil en conséquence pour détecter le ou les codes de déverrouillage et de mise en marche. C'est aussi simple que cela.