Elections fédérales: Chaises musicales à Lucerne pour le National

Publié

Elections fédéralesChaises musicales à Lucerne pour le National

Les élections fédérales du 20 octobre seront marquées par plusieurs enjeux majeurs en Suisse centrale.

Au Conseil des Etats, le libéral-radical Damian Müller se représente.

Au Conseil des Etats, le libéral-radical Damian Müller se représente.

archive/photo d'illustration, Keystone

En terres lucernoises, les citoyens doivent élire neuf conseillers nationaux. C'est un mandat de moins qu'en 2015 en raison de l'évolution démographique modeste du canton. Les dix sièges lucernois au National sont actuellement détenus par trois démocrates-chrétiens, trois UDC, deux libéraux-radicaux, une socialiste et un Vert.

Tous les sortants se représentent.

Au jeu des chaises musicales, c'est l'UDC qui semble la plus menacée, vu ses pertes importantes aux élections lucernoises, le 31 mars dernier. Le PS et les Verts y ayant fortement progressé, il n'est pas non plus impossible que le PDC cède un mandat à la gauche, si les thèmes du climat et des primes maladie restent dominants.

Au Conseil des Etats, le libéral-radical Damian Müller se représente, alors que le démocrate-chrétien Konrad Graber se retire. Le PDC a désigné la conseillère nationale Andrea Gmür pour briguer sa succession. Les chances du conseiller national Franz Grüter (UDC), de la députée verte au Grand Conseil Monique Frey ainsi que du député et président du PS cantonal David Roth sont plutôt faibles.

SZ: fin de la doublette UDC aux Etats?

Dans le canton de Schwyz, les quatre sièges au Conseil national sont détenus par l'UDC (2), le PDC (1) et le PLR (1). Les sortants se représentent, dont la présidente du PLR Petra Gössi. Les chances du PS de récupérer son siège perdu en 2015 sont minces.

Aux Etats, les deux fauteuils schwyzois sont occupés par l'UDC. Alex Kuprecht se représente, mais Peter Föhn s'en va. En perte de vitesse, le parti aura du mal à défendre ce second siège, même si le conseiller national Pirmin Schwander s'est lancé dans la course. Le PDC est décidé à récupérer son fauteuil perdu en 2011 en présentant le conseiller d'Etat Othmar Reichmuth.

Les chances du PLR de s'en emparer sont également bonnes: les libéraux-radicaux ont désigné le ministre Kaspar Michel qui a redressé les finances cantonales et annoncé des baisses d'impôts. Face à ces candidats de renom, celui du PS, l'ancien maire de Küssnacht am Rigi Michael Fuchs, risque de passer inaperçu.

ZG: mandats du PLR remis en jeu

A Zoug, deux des trois conseillers nationaux se représentent: le président du PDC Gerhard Pfister et l'UDC Thomas Aeschi. Leurs sièges semblent intouchables. Le PLR aura plus de mal à défendre son fauteuil, Bruno Pezzatti ne se représentant pas. Galvanisée par sa victoire aux cantonales d'octobre dernier face à une droite majoritaire mais faiblissante, la gauche veut ravir ce mandat et faire son retour au National après son éjection en 2011. Le débat sur la protection du climat pourrait sourire aux Verts, dont la tête de liste Tabea Zimmermann Gibson, députée au Grand Conseil, est également candidate aux Etats. Au PS, la présidente du parti Barbara Gysel, elle aussi députée, est également candidate pour les deux chambres.

Au Conseil des Etats, aucune des deux candidates de la gauche ne devrait pouvoir menacer l'un des deux fauteuils historiques du PDC et du PLR. Leur but consiste surtout à provoquer un second tour afin d'augmenter les chances de la meilleure d'entre elles.

Les libéraux-radicaux ont désigné l'ancien ministre Matthias Michel pour défendre le siège que cède le sénateur Joachim Eder sur le départ. La plus grande menace pour eux pourrait venir du ministre UDC Heinz Tännler. L'autre sortant Peter Hegglin (PDC) se représente.

UR: Z'graggen, sénatrice en puissance

Candidate malheureuse au Conseil fédéral, Heidi Z'graggen (PDC) devrait accéder au Conseil des Etats dans le canton d'Uri. Elle brigue la succession de son collègue de parti Isidor Baumann, qui ne se représente pas. L'autre sénateur, Josef Dittli (PLR), devrait être réélu.

Le siège unique du canton au National suscite davantage les appétits. Atteint dans sa santé, Beat Arnold (UDC) le libère. Son parti a désigné le député et président de la section cantonale Pascal Blöchlinger. Le PS propose le maire d'Altdorf Urs Kälin. Le PDC et le PLR ont aussi manifesté leur intérêt, sans désigner encore de candidat.

A Obwald, le siège du canton au National est aussi remis en jeu. Le chrétien-social Karl Vogler se retire. Le PLR tente sa chance avec Marco De Col, ancien municipal à Kerns. L'UDC a aussi manifesté son intérêt, sans désigner de candidat. Un comité propose en outre la candidature du juriste Peter Krummenacher (PDC).

Aux Etats, l'Obwaldien Erich Etlin (PDC) sera sans doute réélu, de même que le Nidwaldien Hans Wicki (PLR). Le deux demi-cantons ne disposent que d'un fauteuil au Conseil des Etats. L'unique siège nidwaldien au National devrait rester en mains de l'UDC grâce à son sortant Peter Keller. Le PDC pourrait tenter de le lui contester.

(ats)

Ton opinion