Publié

Bienne«Chalet à Covid»: le marché de Noël fait polémique

De nombreux Biennois voient d’un mauvais œil les stands dressés pour un mois, dont l’ancien préfet Philippe Garbani qui y relève un risque sanitaire.

par
Vincent Donzé
Mardi, les marchands ont pris possession de leurs stands à la rue de Nidau, à Bienne.

Mardi, les marchands ont pris possession de leurs stands à la rue de Nidau, à Bienne.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Un marché de Noël comme si de rien n’était. C’est le sentiment qui met hors de lui l’ancien préfet Philippe Garbani (PS), après l’installation de 68 cabanes dans la principale rue piétonne de Bienne: «Qui a autorisé cette connerie?» s’interroge-t-il sur Facebook.

Pour l’ancien préfet, c’est un «un chalet à Covid» qui a été installé sur la place Centrale: «C’est irresponsable!» tonne l’ancien élu. «Je n’ai aucune compréhension pour cela. Il y a d’autres moyens de soutenir le petit commerce», estime-t-il.

Une animatrice culturelle lui donne raison: «C’est scandaleux. Je n’y mettrai pas les pieds», écrit-elle, alors que les théâtres et les cinémas sont fermés. Les autorités biennoises ont décrété le masque obligatoire à la rue de Nidau, mais comme l’a relevé la directrice d’un théâtre, l’obligation de porter un masque est signalée de part et d’autre du marché par «deux mini-barrières avec une petite affiche».

«Chiffre de l’année»

La présidente régionale PDC Sandra Lo Curto ne partage pas l’indignation socialiste: «Les stands de Noël ne devraient pas vraiment poser problème, et moi, j’en connais des Biennoises et Biennois qui vendent là, par exemple celui avec les sirops fait maison».

Le compositeur et musicien Daniel Andres relève aussi que «des petits commerces font leur chiffre de l’année» au marché de Noël. Mais cette personnalité n’est pas d’accord avec les chalets restaurants qui sont selon lui de «véritables hotspots pour le Covid».

La vente de nourriture et de boissons à consommer sur place ne sera pas autorisée, du 3 au 24 décembre. Il n’y aura ni vin chaud, ni pain à l’ail dans la rue. Le «Chalet Palace» sera ouvert à la place Centrale, tout comme le «Gipfeltreff» en lieu et place de la cabane bûcheronne de la bourgeoisie, principale attraction avec ses saucisses de sanglier, son risotto aux champignons, sa soupe au pois et son vin chaud. «Je n’installerai pas non plus ma roulotte pour quelques tables à quatre», indique Tchéco, patron du restaurant «À la Prusse» à Orvin (BE).

Concept d’hygiène

«Notre concept d’hygiène va encore plus loin que ce qu’exigent les autorités cantonales», a indiqué Dieter Aeschbach, responsable du Gipfeltreff. «Ce n’est pas un bar «après-ski»!» a-t-il précisé. Un agent de sécurité se chargera de contrôler le nombre de clients.

Président de la guilde de Nidau, Peter Schmid espère que dès jeudi, les habitants d’autres cantons privés de marché de Noël se déplaceront jusqu’à Bienne. Philippe Garbani doit trouver ça cynique…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
77 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Shay24

03.12.2020 à 23:06

Franchement moi je comprend pas pourquoi vous faites polémique pour le marché alors que les trains sont toujours bondé. Donc franchement il faudrait savoir si prendre le train entassé comme des sardines le matin nous protége du virus? Et qu'un marché de Noël permettrait d'inviter le virus a nous contaminé ? Enfin vous voyez la logique ou pas où suis-je la seule personne a me rendre compte que -tu bosses tu es pas contaminé -tu sors tu es contaminé ABE

Verica

03.12.2020 à 23:01

Pourquoi les gens sont injust ? A Migros,Aldi ,Coop cest plein de gens il garde pas le distance , cerraine se desinfecte meme paa les main ,tout le monde touche tout et le grande magasine gagne un fourtune tanr que l petite artisana persone trouve injuste .Courage et tout mon soutien pour cette gens <3

Belle initiative ce marché

03.12.2020 à 13:12

Et le moral de la population, on en fait quoi par cette fin d'année qui devrait être plus gaie que ce qu'elle est actuellement ?...