Publié

footChantage à la sex-tape: Valbuena sort de son silence et charge Benzema (PAPIER GENERAL-ACTUALISATION)

Par Paul AUBRIAT, Corentin DAUTREPPE

Paris, 27 nov 2015 (AFP) - Mathieu Valbuena a chargé son coéquipier en bleu Karim Benzema dans l'affaire du chantage à la sex-tape, ce qui a poussé la Fédération française (FFF) à se porter partie civile et fragilise un peu plus l'équipe de France à sept mois de l'Euro-2016 à domicile.

Après cette première prise de parole publique de Mathieu Valbuena, vendredi dans Le Monde, la question de la capacité des deux hommes à jouer à nouveau ensemble se pose avec encore plus d'acuité. Ils ne peuvent pour l'instant pas le faire en raison des conditions du contrôle judiciaire imposé à Benzema, mis en examen le 5 novembre.

Quel a été le rôle de ce dernier dans cette affaire? Valbuena, qui avait été entendu le 20 novembre par le juge d'instruction de Versailles en charge du dossier, assure avoir été "incité" par le joueur du Real Madrid à rencontrer ses maîtres chanteurs: "Inciter, ça veut dire Il va falloir que tu payes . Indirectement", estime le footballeur de l'Olympique lyonnais, 31 ans.

Les deux joueurs avaient eu une conversation le 5 octobre, à Clairefontaine. Benzema, pressé par un ami d'enfance complice des maîtres chanteurs, était censé mettre un coup de pression sur son coéquipier, afin qu'il paie, selon une source proche du dossier.

Benzema, s'il a reconnu en garde à vue l'existence de cette conversation et son rôle attendu d'intermédiaire, s'est toujours défendu d'intentions crapuleuses.

"Dans sa façon de parler, il n'a pas été agressif, il ne m'a pas parlé d'argent concrètement, directement", concède Valbuena au Monde, "mais quand tu insistes pour me faire rencontrer quelqu'un... pffff. Moi, j'ai jamais vu quelqu'un qui va faire détruire une vidéo gratuitement juste parce qu'il m'adore!".

"J'ai l'impression de me faire prendre pour un con", peste Valbuena, selon qui "la relation avec Karim n'est pas aussi sincère qu'il pouvait peut-être le prétendre".

Benzema a été mis en examen notamment pour "complicité de tentative de chantage", avec interdiction de rencontrer son coéquipier. Les trois maîtres chanteurs présumés, ainsi que l'ami d'enfance de Benzema, Karim Zenati, ont tous été mis en examen et écroués.

Ils avaient tenté de faire chanter Valbuena, après que le joueur s'était fait dérober cette vidéo intime. Valbuena avait alors immédiatement prévenu la police. "Lorsque je me rends à ma première audition, je suis loin d'imaginer qu'il y a Karim Benzema dans cette histoire", affirme le footballeur.

Il raconte également avoir reçu un appel de Benzema après que l'affaire a éclaté, passé le 20 octobre. Le Madrilène lui aurait demandé de "faire un démenti" après l'apparition de son nom dans l'affaire. "Je ne peux pas être dans des affaires comme ça...", aurait notamment déclaré Benzema.

Les accusations de Valbuena vendredi n'arrangent pas la situation de Benzema. Sollicités par l'AFP, ses avocats n'avaient pas réagi vendredi après-midi.

La Fédération française, elle, a décidé de se porter partie civile, ce qui lui permettra d'avoir accès au dossier. Elle a expliqué dans un communiqué qu'elle se réservait le droit de "prendre toutes les mesures adaptées", ce qui pourrait préfigurer d'éventuelles sanctions disciplinaires contre Benzema.

La FFF se trouve devant un cas épineux: à moins de sept mois de l'Euro, cette affaire jette une lumière glauque sur l'image de l'équipe de France, que la Fédération avait tout fait pour redorer après l'épisode de la grève du bus en Afrique du Sud en 2010.

Sportivement, cela met Didier Deschamps face à un dilemme délicat: sélectionner Valbuena pour l'Euro? L'écarter, comme il l'a fait lors du dernier rassemblement?

Dans Le Monde, Valbuena a donné son point de vue: s'il dit être capable de "rejouer avec" Benzema en essayant "de faire la part des choses entre le côté justice et le côté sportif", il affirme aussi qu'il ne "pourrait pas comprendre" que Didier Deschamps ne le retienne pas pour l'Euro à cause de l'affaire.

Enfin, selon Le Monde, une écoute téléphonique des maîtres chanteurs montre qu'ils ont parlé d'un certain "Samir" -présenté par le quotidien comme Samir Nasri- comme d'une solution possible pour jouer les intermédiaires avec Valbuena. L'ancien international a assuré sur RMC qu'il n'était "pas impliqué" et n'était "ni un voyou, ni un intermédiaire, ni un maître-chanteur".

ig-pab/tmo/cda/pr/tba

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!