Publié

ItalieChaos dans les villes en raison d’une grève des transports

Tant à Rome, qu'à Milan, Naples ou encore Venise, la situation était chaotique en raison d'une participation très élevée des salariés à la grogne, selon les syndicats.

Ces touristes attendent en vain le passage d'un bus près du Colisée à Rome.

Ces touristes attendent en vain le passage d'un bus près du Colisée à Rome.

AFP

La circulation était chaotique dans les grandes villes italiennes mardi en raison d’une grève des transports en commun proclamée par les principales confédérations syndicales qui protestent contre le non-renouvellement du contrat de catégorie. La participation des salariés du secteur "est très élevée", ont assuré les syndicats dans un communiqué conjoint.

A Rome, les deux lignes de métro étaient fermées tandis que le taux de participation chez les conducteurs de bus varie de 70% pour la compagnie municipale Atac, à 90% pour certaines sociétés privées, selon la même source. Des trains locaux ont également été suspendus.

Vaporetti touchés à Venise

A Milan, les trois lignes de métro étaient stoppées et 75% des bus ne circulaient pas, à Turin 90% des bus étaient arrêtés, tandis qu’à Naples 50% des bus restaient dans les hangars. La situation était semblable à Venise, où la grève a touché les "vaporetti", les petits bateaux de transport public, à Bologne, à Bari ou à Palerme, selon les syndicats.

"La grève a enregistré un grand succès et si après cette protestation personne ne bouge, nous intensifierons la lutte jusqu’à ce que nous parvenions à un (nouveau, ndlr) contrat, y compris à travers une grande manifestation nationale en bloquant totalement les services", y compris pendant les créneaux horaires où le service minimum doit être garanti, ont mis en garde les syndicats.

Le contrat des salariés des transports publics a expiré en 2007 et comme dans de nombreux autres secteurs, il n’a pas été renouvelé, les syndicats ne parvenant pas à un accord avec les employeurs.

Le secteur des transports publics locaux a une spécificité en Italie dans la mesure où il est obligé de garantir le service dans certains "créneaux horaires protégés", qui correspondent essentiellement aux horaires de départ vers le bureau, le matin, et de sortie des bureaux, dans l’après-midi.

Ainsi à Rome par exemple, les transports publics doivent circuler obligatoirement jusqu’à 08H30 le matin, heure locale, ainsi que de 17H30 à 20H00, mais la grève peut être observée en dehors de ces créneaux.

(AFP)

Votre opinion