Réchauffement - Chaque année, 18 nouveaux lacs glaciaires émergent en Suisse
Publié

RéchauffementChaque année, 18 nouveaux lacs glaciaires émergent en Suisse

La fonte des glaces a pour conséquence la formation de nouveaux bassins en altitude. Le changement du paysage lacustre est un témoin visible du réchauffement climatique.

par
mem
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

Pixabay

Localisation, altitude, circonférence, superficie. Un inventaire complet des lacs glaciaires suisses a été établi par l’Eawag, l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies de l’eau, mandaté par le système mondial d’observation du climat (GCOS Suisse), avec le soutien de l’Office fédéral de l’environnement (Ofev). Résultat: près de 1200 nouveaux lacs ont fait leur apparition dans les anciennes régions glaciaires des Alpes depuis 1850, la fin du petit âge glaciaire. Ce recensement est disponible sur la plateforme Pangae.

Daniel Odermatt, responsable du groupe de télédétection à l’institut de recherche sur l’eau, Eawag, résume: «Au début du projet, nous avions tablé sur quelques centaines de lacs glaciaires. À présent, il y en a plus de mille, et 180 se sont ajoutés rien qu’au cours de la dernière décennie.»

Sont documentés également le type et le matériau du barrage, ainsi que le ruissellement. Ainsi, ces bases permettront d’estimer les dangers potentiels de chaque lac. Par exemple le risque de vidange soudaine du lac en cas de rupture du barrage.

Accélération entre 2006 et 2016

La formation des lacs glaciaires a atteint un premier pic entre 1946 et 1973 avec l’apparition de huit nouveaux lacs par an en moyenne. Puis a suivi une période d’accalmie. Mais entre 2006 et 2016, la rapidité de formation de nouveaux lacs glaciaires a augmenté de manière significative, dépassant nettement le pic précédent. En moyenne, 18 nouveaux lacs se sont formés chaque année et la zone aquatique a augmenté annuellement de plus de 400 mètres carrés – une preuve visible du changement climatique dans les Alpes.

Le nombre croissant de lacs glaciaires accroît le risque de ruptures soudaines et, donc, d’onde de submersion sur les habitations situées en contrebas. Néanmoins, l’extension artificielle des lacs offre de nouvelles opportunités à l’énergie hydraulique.

L’étude complète

L’étude complète est disponible (en anglais) ici.

Votre opinion

15 commentaires