21.05.2012 à 13:54

BrindisiChasse à l'homme pour retrouver l'auteur de l'attentat

Sont activement recherchés le ou les auteurs de l'attentat choc qui a coûté la vie à Melissa Bassi, une lycéenne de 16 ans et a blessé grièvement cinq de ses camarades.

L'attentat samedi, perpétré devant un lycée du sud de l'Italie, a coûté la vie à une adolescente de 16 ans. Cinq autres jeunes sont grièvement blessés.

L'attentat samedi, perpétré devant un lycée du sud de l'Italie, a coûté la vie à une adolescente de 16 ans. Cinq autres jeunes sont grièvement blessés.

AFP

Un portrait-robot. C'est ce dont les enquêteurs disposent pour retrouver l'auteur de l'engin artisanal confectionné à partir de trois bonbonnes de gaz, qui a explosé près d'un lycée samedi à Brindisi. L'image a été élaborée à partir des bandes de caméras de surveillance installées près du lycée.

Plusieurs journaux diffusent lundi une série de clichés montrant un homme d'une cinquantaine d'années, d'aspect occidental, le visage flouté, cheveux brossés en arrière, portant une veste sombre, un pantalon beige et des tennis. En première page, le journal La Stampa affirme qu'une personne, un ex-militaire, est déjà visée par l'enquête.

Déclenchée à distance

Sur des vidéos que des journalistes ont vues, un individu regarde des lycéennes dont Melissa descendre d'un autobus les amenant de leur village de Mesagne, près de Brindisi, puis appuyer sur une télécommande ou la touche d'un téléphone portable pour déclencher la bombe.

Dimanche, le procureur de Brindisi Marco Dinapoli a dit privilégier l'hypothèse d'un «acte isolé» de quelqu'un «en guerre avec le reste du monde». Même si toutes les pistes restent ouvertes, selon un autre procureur de la zone, Cataldo Motta, qui est le chef local de la division anti-mafia et anti-terroriste.

Pour les magistrats, même si la piste n'est peut-être ni terroriste ni anarchiste, une chose est sûre: il y a eu «volonté de provoquer un massacre».

Pas la mafia des Pouilles

Un ex-boss de la Sacra Corona Unita, la mafia des Pouilles (région de Brindisi), a exclu toute responsabilité de cette organisation.

«On ne touche pas aux enfants (...) La Sacra Corona Unita ne fait pas ce genre de choses, parce qu'elle sait qu'après, l'Etat la détruirait. Regardez ce qui s'est passé pour Cosa Nostra (la mafia sicilienne) il y a 20 ans avec Falcone, elle a été décimée», explique Tonino Screti, ex-trésorier de la SCU.

Pour Don Tonino, ex-bras droit de Salvatore Buccarella qui fut l'un des plus puissants porte-drapeaux de la Sacra Corona Unita,« c'est un déséquilibré», car même les mafieux les plus féroces "ne mettent pas de bombes pour tuer des innocents".

Branle-bas de combat politique

Une réunion sur place des ministres de l'Intérieur et de la Justice pourraient permettre d'en savoir davantage alors que l'attentat n'a toujours pas été revendiqué.

En attendant, surmontant leurs craintes, les élèves du lycée professionnel Morvillo-Falcone qui forme surtout aux métiers de la mode, ont repris les cours lundi matin.

Des camarades de classe ont placé un ours en peluche à la place vide laissée par Melissa et un message: «Ciao Melissa, tu resteras toujours dans le souvenir de ceux qui t'ont aimée. Ciao petit ange qui sourit dans le ciel», ont-ils écrit sur un billet accompagné d'un bouquet de fleurs.

Hors de danger

Les cinq autres lycéennes blessées, certaines défigurées par leurs brûlures, manquaient à l'appel. La plus gravement atteinte, Veronica, donnée initialement pour morte, s'est réveillée après une opération de deux heures de reconstruction du thorax, en disant : «Ciao papa, fais moi un bisou».

Pendant que parents, voisins et habitants de Brindisi continuaient de déposer couronnes de fleurs et messages, le proviseur Angelo Rampino s'est félicité que "les jeunes aient réagi et soient venus en classe". "C'est la nouvelle la plus importante. Les enfants pleuraient mais ils ont trouvé la force de revenir", a-t-il constaté.

Avec l'aide de psychologues, le lycée a mis au point un programme spécial pour les prochains jours et les élèves se sont rendus dans un autre lycée pour une assemblée dans la cour sur la lutte contre la violence et la criminalité.

Mélissa enterrée cet après-midi

Les funérailles de Melissa sont prévues vers 15H30 dans son village de Mesagne. Des médias ont affirmé que le chef du gouvernement Mario Monti qui a anticipé de 24 heures son retour d'un sommet de l'OTAN aux Etats-Unis, pourrait y assister.

Mais ce n'est pas le seul évènement tragique pour l'Italie alors que la région de Ferrare (nord) a été frappée dimanche à l'aube par un séisme qui a fait six morts et 3.000 évacués.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!