06.10.2020 à 14:57

AllemagneChef d’un réseau de proxénétisme roumain actif à Lausanne arrêté

Le réseau rom de prostitution avait été démantelé au début 2019, après de longues investigations entamées à la fin 2016 suite au meurtre par un client d’une jeune femme à Sullens (VD).

L’enquête avait été menée conjointement par la Brigade des mœurs de la police judiciaire de Lausanne et les autorités roumaines.

L’enquête avait été menée conjointement par la Brigade des mœurs de la police judiciaire de Lausanne et les autorités roumaines.

KEYSTONE

Le chef présumé d’un réseau de proxénétisme roumain, actif à l’époque à Lausanne, a été arrêté en Allemagne et extradé à la mi-août vers la Roumanie, a indiqué mardi à Keystone-ATS la police lausannoise. Ses enquêteurs avaient participé au démantèlement de ce réseau rom au début 2019, après de longues investigations entamées à la fin 2016.

L’enquête avait été conduite par la Brigade des mœurs de la police judiciaire de Lausanne en partenariat avec les autorités roumaines. Leurs démarches avaient permis d’identifier neuf prévenus et quinze victimes de traite d’êtres humains en Suisse et en Roumanie, rappelle la police municipale.

Elles étaient recrutées en Roumanie puis, dès leur majorité, placées sur le trottoir à Lausanne, sous la surveillance constante du clan. La plupart d’entre elles avaient aussi été amenées à se prostituer dans d’autres pays européens (Italie, Allemagne et Norvège). Elles étaient obligées de travailler sept jours sur sept.

Une jeune femme de 18 ans faisant partie de ce réseau a connu un destin tragique: agressée fin novembre 2016 à Sullens par un client français, elle avait été retrouvée le visage défiguré et le corps transpercé de 26 coups de couteau dans une forêt du Doubs.

Des biens de plusieurs millions

Au cours des investigations, une équipe commune d’enquête avait été créée sous l’égide d’Eurojust entre le Ministère public vaudois et la Direction d’investigation du crime organisé et du terrorisme roumaine. C’était la première fois qu’un tel accord était signé entre les deux pays.

Grâce à cette collaboration helvético-roumaine, onze perquisitions avaient eu lieu le 16 janvier 2019 en Roumanie ainsi qu’à Lausanne. Trois policiers suisses avaient en outre participé à l’opération ayant conduit à l’arrestation de quatre Roumains. Des mandats d’arrêt européens avaient été ensuite émis pour cinq autres suspects, dont le chef présumé du réseau.

Cet homme âgé de 35 ans a finalement été arrêté dans le courant du premier semestre de cette année en Allemagne puis extradé à la mi-août vers la Roumanie, selon la police lausannoise. Il est suspecté d’avoir exploité plus de cinq prostituées sur la durée de l’enquête.

Les biens du réseau de proxénétisme, représentant «plusieurs millions de francs et comprenant notamment cinq maisons», ont été confisqués. Tous les prévenus ont été ou vont être déférés devant la justice de Roumanie.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
16 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Trogne à goutte

07.10.2020 à 05:14

Qu'est-ce qui nous dit qu'ils ne s'en tirereront pas encore acquittés sous on ne sait quel prétexte et qu'ils recommencent ailleurs?

CC7

06.10.2020 à 15:53

J'ai bien pensé que ce n'était pas en Suisse qu'il c'est fait arrêter. Sacré police Suisse!

Fautilentiteouenpleurer

06.10.2020 à 15:53

Et pour les perquisitions à Lausanne, c’est les gochistes de la municipalité qui leurs paient les loyers