11.03.2013 à 10:24

Hockey sur glace«Cher Ronny»: la lettre de Schafhauser à Ronny Keller

En chaise roulante depuis 1995, l'ancien défenseur de Lugano Pat Schafhauser a écrit une lettre de soutien à Ronny Keller. Il lui adresse un message d'espoir.

Pat Schafhauser en 2003, lors d'un match de Allstars à Berne.

Pat Schafhauser en 2003, lors d'un match de Allstars à Berne.

Keystone

Le dernier hockeyeur professionnel à avoir été blessé aussi sérieusement que Ronny Keller dans le championnat suisse se nomme Pat Schafhauser. C'était en 1995, alors qu'il portait les couleurs du HC Lugano.

Dans les colonnes du Blick, Schafhauser a décidé de publier la lettre qu'il a adressé à Ronny Keller.

«Cela me brise le cœur. Un accident aussi tragique que le mien, et de nouveau en Suisse: je n'arrive pas à croire que cela s'est reproduit. Lorsque j'ai appris la nouvelle, j'ai espéré que cela n'était pas aussi grave que ce le fut pour moi. Le fait que tu connaisses le même destin que moi me touche beaucoup. Les souvenirs et les émotions sont remontés tout à coup, et ils m'ont submergés.»

«Les premiers jours à Notwill (ndlr: au centre suisse des paraplégiques), il y a beaucoup de choses qui te passent par la tête, et c'est impossible de tout cerner. Ce doit sans doute aussi être ton cas maintenant. Tu te demandes comment ça va pouvoir continuer. Tu cherches des réponses. Que dois-je faire? Comment continuer à vivre ainsi?»

«C'est au début que c'est le plus dur, car il n'y a pas de réponses. C'est pour cela que c'est important d'avoir un soutien aimant et plein d'espoir. Ne laisse pas cette incertitude te rendre fou. Essaye de prendre chaque instant après l'autre. C'est un processus qui te prendra du temps. Lorsque ma thérapie a commencé, j'ai vite remarqué que je pouvais malgré tout faire beaucoup de progrès. »

«Il va te falloir de la patience. En tant que sportif, c'est difficile, car on a l'habitude que le corps réponde immédiatement à toutes les sollicitations. Sois patient. Et ton entourage va aussi devoir apprendre à être patient avec toi, car émotionnellement il y aura des hauts et des bas. C'est d'ailleurs toujours le cas pour moi aujourd'hui. Honnêtement, j'ai dû me demander au moins un million de fois «Pourquoi moi?» Mais il faut essayer de tirer le meilleur de cette situation. J'espère que mes mots t'aideront d'une manière ou d'une autre à y parvenir.»

«Deux ans après mon accident, j'ai pu reprendre contact avec le hockey, ma passion. Je voulais toujours faire partie d'une équipe, et dans le Minnesota j'ai reçu la chance de devenir entraîneur d'une équipe junior. J'étais d'abord sceptique, mais dès le premier entraînement la passion m'a à nouveau dévorée. Le hockey, c'est pour moi la meilleure chose sur terre, et j'ai la chance de maintenant pouvoir transmettre ma passion. Crois-moi, cela fait longtemps que je ne remarque même plus ma chaise roulante.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!