Publié

AnimauxCherche copain à son image

Une étude helvético-autrichienne montre que les chimpanzés accordent de préférence leur amitié à des camarades qui partagent avec eux la même personnalité.

par
Cléa Favre
Comme les êtres humains, les chimpanzés préfèrent les congénères qui présentent la même personnalité qu'eux.

Comme les êtres humains, les chimpanzés préfèrent les congénères qui présentent la même personnalité qu'eux.

Dlillc/Corbis

Qui se ressemble s'assemble. Y compris quand on est un chimpanzé. Selon une étude des Universités de Zurich et de Vienne qui vient de paraître dans le journal Evolution and Human Behaviour, ces mammifères établissent, à l'instar des humains, des relations stables et intimes entre eux. Mais pas avec n'importe qui. Les biologistes ont montré que les chimpanzés se lient plus facilement avec des êtres qui ont une personnalité proche de la leur.

La proximité, signe d'amitié

Comment sont-ils arrivés à cette conclusion? «C'est le fruit d'années d'observation et d'études comportementales dans deux zoos hollandais, portant sur 38 primates, explique la chercheuse zurichoise Sonja Koski. Les traits de caractère de chacun ont été évalués en fonction de leur propension à se toucher, se câliner, se gratter et s'agresser.» Ensuite, l'équipe a scrupuleusement noté quel individu s'asseyait le plus souvent très près de tel autre (jusqu'à être en contact physique). Ce qui est un signe indéniable d'amitié chez les chimpanzés, assurent les chercheurs. Résultat: les primates les plus sociables et audacieux fréquentent des chimpanzés à leur image, tandis que les animaux timides et plutôt distants restent entre eux.

Ressemblance = confiance

Sonja Koski explique ce phénomène par le mécanisme suivant: les individus coopèrent mieux quand ils partagent les mêmes comportements et émotions, puisque cela favorise un climat de confiance. «C'est la même chose pour les humains et les oiseaux.» Et cet aspect est primordial dans la vie des chimpanzés: «Les amis sont amenés à coopérer pour énormément de choses: ils aident à la toilette, apportent leur soutien en cas d'agression et partagent parfois la nourriture», précise Sonja Koski.

Ces amitiés basées sur la ressemblance, appelées homophilie, avaient déjà été mises en évidence chez l'homme. Pour Sonja Koski, ces nouveaux résultats suggèrent que cette homophilie remonte au moins à l'époque de notre dernier ancêtre commun avec les chimpanzés.  

Ton opinion