Hockey sur glace: Cherche efficacité en situations spéciales
Publié

Hockey sur glaceCherche efficacité en situations spéciales

Mardi soir, le LHC a souffert de la comparaison avec Zoug en box play et en power play. Il serait temps de régler ce problème. Dès ce mercredi soir face au même adversaire (19h45)?

par
Jérôme Reynard, Zoug

En cette première partie de saison, le LHC a tout d’une équipe de haut de tableau. Enfin… Presque tout. Car au rayon des situations spéciales, ce n’est pas du tout ça. A vrai dire, un box play perméable (77,42%, 10e taux de la Ligue) et un power play en difficulté (11,32%, 11e moyenne de NL), ça peut se masquer quelque temps, tant que la différence se fait autrement. Mais au bout d’un moment, cela se paie forcément, surtout dans les gros matches, où l’on se neutralise à 5 contre 5. Après les deux derbies lémaniques contre GE Servette au début du mois, les Lions en ont fait une nouvelle expérience mardi soir à la Bossard Arena (défaite 4-1).

Face à un adversaire de la trempe de Zoug, être inefficace en situations spéciales, cela pardonne donc rarement. D’autant moins si on est indiscipliné. Car les hommes de Dan Tangnes ne se font généralement pas prier en supériorité numérique (26,15%). Lausanne peut certes se féliciter d’avoir mis un terme à un mutisme de plus de 53 minutes en power play, exercice dans lequel il n’avait plus marqué depuis mi-octobre. Au final, c’est la seule fois de la soirée où son jeu de puissance a parlé (11e Jooris 1-1), alors qu’il a passé plus de 13 minutes avec un homme de plus sur la glace.

En face, Zoug a inscrit trois de ses quatre réussites en supériorité numérique. Toute une différence. Mais qu’est-ce qui cloche dans les unités spéciales lausannoises et en particulier offensivement? Barberio, Malgin, Hudon, Gibbons et Jooris sur le premier power play mardi; Genazzi, Conacher, Bertschy, Frick et Kenins sur le second. Il y a pourtant de quoi faire, avec des solutions de rechange (Grossmann, Heldner; Emmerton, Almond, Jäger). D’ailleurs, plusieurs variantes ont été testées jusqu’ici. Les atouts à disposition sont-ils actuellement bien exploités par Craig MacTavish?

Sur la bonne voie?

Certains joueurs l’ont admis: à la base, une forme de facilité s’est probablement installée, à mesure que les victoires et les actions spectaculaires se sont enchaînées. Facilité perceptible en supériorité numérique par des choix compliqués et un manque de verticalité. Il y a aussi eu la quarantaine, certes adaptée, mais qui n’a pas permis aux Lions de travailler leurs situations spéciales. Et puis il y a sans doute eu de la crispation, à force de rater et de réfléchir.

Mardi, le manque de réussite s’en est mêlé, avec un tir sur le poteau (34e Bertschy) et un but refusé (42e Malgin) en power play. Couplé à la réalisation de Jooris, c’est ce qui nous fait croire que le jeu de puissance lausannois est peut-être sur la bonne voie. Il serait temps. D’autant qu’une revanche face à Zoug se présente dès ce mercredi soir à la Vaudoise aréna.

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion

5 commentaires