Publié

Tuerie de Chevaline (F)Chevaline: «une partie de la réponse se trouve en Suisse»

Le procureur genevois Dario Zanni a enquêté sur le quadruple meurtre commis le 5 septembre 2012 en Haute-Savoie.

par
Valérie Duby
Le procureur genevois Dario Zanni.

Le procureur genevois Dario Zanni.

Lionel Flusin /Lematin

«Dans la tuerie de Chevaline, une partie de la réponse se trouve en Suisse.» C'est le procureur genevois Dario Zanni qui l'a indiqué au Matin, quelques heures après la conférence de presse tenue ce matin par le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud.

Arme volatilisée

«La justice genevoise a agi sur commission rogatoire de la France », indique en préambule le magistrat qui a procédé, dans cette affaire, à 29 commissions rogatoires. «C'est énorme pour un dossier», constate-t-il. Dario Zanni a fait bloquer le million qui se trouvait sur le compte (ouvert en 1988) appartenant au père de Said et Zaid Al-Hilli, décédé en été 2011, retrouvé dans une banque privée genevoise. Il a aussi enquêté sur l'arme – le Luger P06 - fabriqué en Suisse, le pistolet des officiers de l'armée helvétique dans les années 40. Un an et un jour après le drame de Chevaline, l'arme n'a pas été retrouvée. Pour Eric Maillaud comme pour Dario Zanni, il ne fait pas de doute que le tireur est un professionnel très aguerri.

Les investigations de Dario Zanni l'ont mené à Lausanne, à Zurich, dans les cantons de Fribourg et au Tessin, où Saad Al-Hilli avait des amis, dont un homme rencontré sur les bancs de l'Université à Londres. «Beaucoup de gens ont été entendus, notamment ceux qui ont actionné les bornes téléphoniques du lieu du crime. Certains étaient au restaurant, d'autres en vacances ou avaient rencontré des clients», explique le magistrat.

Saad Al-Hilli devait se rendre à Genève

Il est établi depuis longtemps que Saad Al-Hilli avait pris contact avec la banque privée genevoise en été 2012 et qu'il devait se rendre à Genève courant septembre. Le 5 septembre de l'an dernier aux alentours de 15h40, l'homme a perdu la vie sur un parking forestier à proximité de Chevaline. Son épouse, sa belle-mère - ainsi qu'un cycliste français qui passait par là - ont été froidement exécutés. «Il les a liquidés», conclut Dario Zanni.

Votre opinion