Jeu vidéo: Chez Sony, la réalité virtuelle rentre dans le rang
Actualisé

Jeu vidéoChez Sony, la réalité virtuelle rentre dans le rang

Lors de la PlayStation Experience 2017, le géant japonais a dévoilé une partie de son catalogue de sorties dans une eau relativement calme.

par
Jean-Charles Canet

La PlayStation Experience 2017 à Munich en 36 secondes.

De la réalité virtuelle, oui, mais pas que... La «PlayStation Experience» est retournée cette année à Munich dans ses fondamentaux, soit la présentation des prochaines sorties PS4 aux médias et à ses partenaires commerciaux allemands, autrichiens et suisses. L'an précédent, c'était spécial. Il n'y en avait que pour le PlayStation VR, casque qui devait sortir quelques mois plus tard. On se souvient tout particulièrement de notre première rencontre avec un requin dans les profondeur de l'océan.

Ceci étant fait, l'excitation autour de l'immersion s'est un tantinet calmée et cela se traduisait, dans la grande arène du Postpalast de Munich, par une présentation plus équilibrée entre les jeux «classiques» et les expériences VR qui auront la lourde charge d'entretenir la flamme.

Notre impression globale est donc le reflet de ce retour à la normale et aussi d'une déception, modérée mais déception tout de même, devant un catalogue de sorties sans surprises et, surtout, sans présentation des titres les plus attendus: rien sur «Death Stranding», le prochain jeu d'Hideo Kojima, créateur de la saga «Metal Gear Solid». Pas de «God of War», rien sur le complément scénarisé «d'Uncharted 4». Pas de nouvelles du reboot de «Final Fantasy VII». Rien non plus sur le miraculé «Shenmue III». Sony Interactive Entertainement garde à l'évidence ses plus grosses cartouches pour le prochain salon E3 de Los Angeles. Et il faut aussi tenir compte du fait que Sony a déjà lâché sa bombe de début d'année avec un «Horizon - Zero Dawn» dont la qualité et l'ambition rend la vie difficile aux viennent ensuite.

Voici néanmoins les titres qui ont retenus notre attention.

Farpoint (VR)

Si ne ne devions en choisir qu'un ce serait celui-là car ce jeu de tir à la première personne (FPS) de science fiction réussit l'exploit de démontrer qu'un FPS peut être praticable en réalité virtuelle. Nous étions jusqu'ici persuadé que les déplacements rapides qu'impliquent ce type de jeux étaient incompatible avec l'immersion en casque. Et pourtant malgré le fait que notre avatar se déplace au stick et que nos deux pieds restent arrimés au sol, nous n'avons pas ressenti la nausée qui se manifeste parfois chez ceux qui, passagers, souffrent des voyages en voiture. Le jeux fonctionne avec un accessoire qui, lorsqu’il est virtualisé, devient un fusil d'assaut, une mitraillette ou encore un bazooka. Ce dernier sera proposé en vente avec le jeu (pour un prix semble-t-il supportable). Difficile de dire si «Farpoint» tient la route sur la durée, l'expérience est néanmoins suffisamment brillante pour être tentée. Elle pourra également être pratiquée en coopération en ligne. «Farpoint» sortira le 17 mai prochain.

Gran Turismo Sport

La franchise automobile vedette de la PlayStation se présente une nouvelle fois alors que sa date de sortie reste, comme le veut la tradition, un mystère absolu. On a pu découvrir l'option VR du titre dans un siège baquet avec volant à retour de force (faut ce qu'il faut) pour ressortir très impressionné par les sensations de glisse dans le virage juste au moment ou, emporté par la vitesse, la voiture décroche. Mais au deuxième tour déjà, nous nous sommes sentis un peu patraque. Dans le casque, les graphismes nous ont paru très en dessous de ce que propose la version classique sur téléviseur. Et, dans l'absolu, nous ne trouvons pour l'instant pas d'indices suffisants pour pouvoir affirmer que la franchise parviendra à reprendre la tête d'une compétition actuellement menée par les Forza: «Forza Motorsport» et «Forza Horizon» sur Xbox et PC. Mais nous avons encore largement le temps.

Prey

Ce jeu d'action et d'aventure dans une station spatiale est attendu en mai prochain. Présenté dans le cadre de la PlayStation Experience, il n'en reste pas moins multiplate-formes. Du «Prey» originel (dans les années 2000), il ne reste que le titre. Tout a été remis à plat par la division d'Austin d'Arkane Studios après l'arrêt du développement de «Prey 2». Ce qu'il nous a été donnée de voir va dans la bonne direction, soit dans les sensations que nous avaient procurées la saga «Bioshock» en son temps.

Starblood Arena (VR)

Ce jeu est une exclusivité PlayStation VR et consiste à piloter des modules armés qui flottent dans l'espace, plutôt dans des cavernes dans lesquelles il s'agit de survivre aux sessions multijoueur et surtout de gagner. On si on pense beaucoup à «Descent», vieille chose similaire, ce n'est pas sans raison, certains des vétérans ayant contribué à la franchise font partie de l'équipe de développement, nous confie son enthousiaste directeur. Pour l'instant on ne voit guère, hormis son côté réalité virtuelle, en quoi ce défouloir innove mais on ne demande qu'à être convaincu. Le jeu sort de toute façon dans quelques jours.

Drawn to Death

Tu es jeune, tu es (probablement) un garçon, tu es sexuellement actif, tu es un rebelle qui fume dans le bus, tes dessins reflète ta fureur de vivre, «Draw to Death» est fait pour toi. Il s'agit d'un FPS multijoueur en arène dont les personnages délirants sont directement extraits d'un carnet de croquis aussi adolescent que bordelique et furibard. Techniquement impressionnant, le jeu joue clairement la carte de la provocation à deux balles, ne reculant ni devant l'humour noir ni sur les allusions scatologiques et sexuelles, espérant créer un lien de complicité avec sa clientèle cible. Cette dernière mordra-t-elle à l'hameçon usiné en conseil d'administration ? Nous le saurons très vite, le jeu est sorti cette semaine. Les parents responsables éviteront comme la peste de le confier aux petites mains encore potelées de leur rejeton.

Star Trek Bridge Crew (VR)

Comme «Prey», «Star Trek Bridge Crew» ne sortira pas exclusivement pour le PlayStation VR mais aussi sur les autres grands casques de réalité virtuelle du marché (Oculus Rift et HTC Vive). Son stand prenait néanmoins une bonne place à la PlayStation Experience. Il faut dire que ce jeu Ubisoft implique de piloter à quatre l'immense vaisseau interstellaire Aegis (bizarrement, la bande-annonce française évoque le vaisseau Entreprise) pour «courageusement se rendre là ou personne n'est allé auparavant» cela fait tout un équipage à gérer. Aussi impressionnante soit-elle, l'expérience doit encore démontrer qu'elle restera praticable en ligne à domicile. STBC fait partie néanmoins des productions ambitieuses pour la réalité virtuelle. Possibilité de vérifier tout cela le 30 mai prochain

Votre opinion