Actualisé

JuraChien «balancé par la fenêtre»: son maître a été relaxé

Impossible d'être certain que l’animal de Lons-le-Saunier a été victime de cruauté, selon la justice. Le doute profite à l’accusé.

par
R.M.
C'est un chien de ce type, un american staffordshire, qui a fait une chute de 7 mètres. Il se retrouve paralysé des pattes arrière.

C'est un chien de ce type, un american staffordshire, qui a fait une chute de 7 mètres. Il se retrouve paralysé des pattes arrière.

iStock

L’histoire révélée jeudi par «Le Progrès» était aussi étonnante que choquante. Un trentenaire de Lons-le-Saunier était accusé d’avoir «balancé son chien par la fenêtre». Car ce dernier avait fait ses besoins dans son appartement…

L’homme avait été interpellé mercredi matin chez lui. Il avait été placé en garde à vue et devait être jugé jeudi dans l’après-midi en comparution immédiate et répondre de faits de maltraitances sur un animal de compagnie. Il a bien été jugé. Et il a été relaxé.

Manque de preuves

Mercredi, plusieurs témoins auraient pourtant vu le chien «voler par-dessus un balcon». Certains auraient même entendu l’accusé lâcher: «Il a chié au milieu du salon alors je l’ai balancé.»

Le suspect, déjà condamné de nombreuses fois pour vols et usages de stupéfiants, a affirmé qu’il s’agissait d’«un accident, d’une maladresse». Il a expliqué que l’animal avait bien fait ses besoins dans l’appartement. Avant de se réfugier sur le balcon. Il dit ensuite avoir voulu l'attraper pour l’attacher. «Je l’ai pris pour faire demi-tour. Il n’y avait pas de place. Je l’ai passé par-dessus la rambarde et il a bougé dans tous les sens.» Ce qui aurait entraîné la chute.

«Inadmissibles et intolérables»

N’en croyant pas un mot, la procureure a estimé que les faits étaient «inadmissibles et intolérables». Elle a requis seize mois de prison, dont un an ferme.

Mais elle n’a pas été suivie. Devant une certaine «stupéfaction», écrit Le «Progrès», le président du tribunal a estimé que «les propos des témoins ne suffisent pas à eux seuls à établir la culpabilité.» Il a tranché: devant le manque de preuves, l’accident ne peut être exclu et le doute doit profiter à l’accusé. Le trentenaire a tout de même écopé de 500 euros d’amende pour détention illicite «d’un chien de catégorie 2».

L’homme est donc libre. Mais l’animal est très mal en point. Il s’agit d’un american staffordshire terrier qui a fait une chute de quelque 7 mètres. Et le quotidien de conclure: «il souffre de paralysie et va sans doute être euthanasié.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!