Actualisé 05.11.2019 à 00:20

Chili: séisme ressenti en pleine manifestation

Amérique latine

Un séisme de magnitude 6 a frappé le Chili lundi soir. Des manifestants ont pu le ressentir dans la capitale Santiago.

Manifestation à Santiago le 4 novembre 2019.

Manifestation à Santiago le 4 novembre 2019.

AFP

Un séisme de magnitude 6 a secoué lundi le centre du Chili. Il a été ressenti à Santiago, où des dizaines de milliers de manifestants anti-gouvernement étaient mobilisés, provoquant des mouvements de panique.

Le tremblement de terre s'est produit à 18h53 (22h53 en Suisse) dans la région de Coquimbo, Valparaíso et la région métropolitaine qui inclue Santiago, selon le centre sismologique national (CSN).

L'institut américain de géophysique (USGS) a fait état d'une magnitude de 6 (6,3 selon le CSN). L'épicentre du séisme était situé à 8 km au sud-ouest de Illapel (nord du Chili), et à une profondeur de 65 km, a précisé le CSN.

Lors des secousses, des cris se sont élevés de la foule rassemblée en divers points de la capitale, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Pas d'alerte tsunami

«Aucun dommage, ni victime ou altération des services basiques ou des infrastructures» n'a été enregistré après le séisme, a annoncé le Bureau national des situations d'urgence (Onemi).

Le service d'hydrographie et d'océanographie de la Marine chilienne a exclu tout risque de tsunami sur les côtes chiliennes. Le Chili, situé sur la ceinture de feu du Pacifique, un alignement de volcans qui enserrent l'essentiel de cet océan, est l'une des zones à la plus forte activité sismique du monde.

Par ailleurs, le pays est actuellement en proie à une crise sociale inédite depuis 30 ans depuis l'annonce d'une hausse du ticket de métro, depuis annulée, le 18

Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants

Outre le séisme, les manifestations dans la capitale ont été émaillées de nombreux incidents. Des échauffourées ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants et plusieurs bus ont été incendiés, selon des journalistes de l'AFP. Alors qu'un cortège tentait de s'approcher du palais présidentiel de la Moneda, la police a dispersé la foule en faisant usage des lances à eau et de gaz lacrymogènes. Au moins une policière a été blessée, selon un photographe de l'AFP. Sur un cliché, on apercevait le casque de celle-ci en flammes.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!