Chine – Le taux de natalité au plus bas depuis plus de 40 ans
Publié

ChineLe taux de natalité au plus bas depuis plus de 40 ans

Le taux de natalité chinois a fortement reculé l’an dernier, tombant à 8,52 naissances pour 1000 habitants.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Le taux de natalité s’est effondré l’an dernier en Chine, tombant à son plus bas niveau depuis plus de 40 ans, malgré les efforts du régime communiste pour convaincre les familles de s’agrandir. Bien qu’ayant autorisé les Chinois en 2016 à avoir deux enfants, puis trois cette année, Pékin est confronté au risque du vieillissement de sa population et d’une baisse du nombre des actifs.

Malgré l’épidémie de Covid-19 qui a confiné des millions de couples à la maison au début de 2020, le taux de natalité a fortement reculé l’an dernier, tombant à 8,52 naissances pour 1000 habitants, selon l’Annuaire statistique 2021. Il s’agit du chiffre le plus bas depuis le début de la publication de l’annuaire en 1978.

En 2019, le taux de natalité s’inscrivait encore à 10,41 naissances pour 1000 habitants. Le chiffre de l’an dernier serait même le plus bas depuis la fondation du régime communiste en 1949, selon le Bureau national des statistiques.

Hausse du coût de la vie

Les incitations du pouvoir semblent avoir peu d’effet sur les ménages, confrontés à la hausse du coût de la vie, particulièrement de l’éducation et du logement. Le nombre de mariages s’est également effondré l’an dernier, tombant au plus bas depuis 17 ans, avec seulement 8,14 millions de couples qui se sont passé la bague au doigt.

Le nombre de divorces a reculé lui aussi pour la première fois depuis plus de 30 ans, après l’imposition début 2020 d’un délai de réflexion d’un mois aux couples voulant se séparer. Pas moins de 4,34 millions de couples n’en ont pas moins divorcé l’an dernier, soit plus de la moitié du nombre de mariages.

Les statistiques chinoises soulèvent parfois des doutes. L’agence Bloomberg a calculé que le nombre de naissances a été minoré de 11,6 millions entre 2000 et 2010 au vu des différences entre les chiffres annuel du Bureau national des statistiques et les résultats des recensements décennaux.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires