Ukraine – Canada: Chiots morts à bord d'un avion: un responsable suspendu
Publié

Ukraine – CanadaChiots morts à bord d'un avion: un responsable suspendu

L'Ukraine veut situer les responsabilités après la mort de plusieurs bouledogues français, à bord d'un avion à destination du Canada.

Au total, le vol avait transporté 559 chiens, âgés en moyenne de quatre mois, et 89 chats. (Photo prétexte)

Au total, le vol avait transporté 559 chiens, âgés en moyenne de quatre mois, et 89 chats. (Photo prétexte)

AFP

La compagnie aérienne Ukraine International Airlines (UAI) a indiqué mardi mener une enquête interne après la mort de 38 chiots à bord d'un de ses avions, et annoncé la suspension d'un de ses responsables.

«UIA a entamé sa propre enquête interne pendant laquelle le chef de la direction du transport des marchandises restera suspendu» de ses fonctions, a indiqué le groupe dans un communiqué.

La compagnie, la principale d'Ukraine, a également précisé avoir suspendu depuis le drame tout transport d'animaux par ses Boeing-767.

Le 13 juin, un avion de UIA avait atterri à l'aéroport Pearson de Toronto avec à son bord environ 500 bouledogues français, très prisés au Canada. Trente-huit d'eux étaient morts et d'autres étaient en mauvaise santé.

Un certain risque

Samedi, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et la police ukrainienne ont respectivement annoncé avoir ouvert des enquêtes sur cette affaire. «Malheureusement, la cause de la mort des animaux n'est toujours pas établie», a souligné mardi la compagnie ukrainienne.

Au total, le vol avait transporté 559 chiens, âgés en moyenne de quatre mois, et 89 chats qui se trouvaient dans 337 cages, a détaillé UIA en «excluant» toute possibilité de problème d'aération de la soute où se trouvaient les animaux.

«Le transport de chiots de pure race (...) comporte un certain risque dont les éleveurs et tous ceux qui expédient des chiens par avion sont parfaitement conscients», a ajouté la compagnie aérienne.

Fin mai, la compagnie UIA, dont un Boeing avait été abattu accidentellement en janvier par l'armée iranienne lors de son décollage à Téhéran, a annoncé la suppression de plus d'un tiers de ses effectifs en raison de la crise provoquée par la pandémie du coronavirus.

(AFP)

Votre opinion