03.05.2018 à 08:24

SuisseChômage jusqu'à la retraite pour les plus de 55 ans?

La Conférence suisse des institutions d'action sociale propose que les seniors au chômage touchent des allocations jusqu'à la retraite. Le SECO s'y oppose.

par
Christine Talos
Les chômeurs de plus de 55 ans touchent actuellement jusqu'à 24 mois (520 jours) d'indemnités de chômage, plus 120 jours si le senior est à moins de 4 ans de la retraite.

Les chômeurs de plus de 55 ans touchent actuellement jusqu'à 24 mois (520 jours) d'indemnités de chômage, plus 120 jours si le senior est à moins de 4 ans de la retraite.

Keystone

On le sait: les travailleurs de plus de 50 ans sont ceux qui ont le plus de peine à retrouver un emploi s'ils se retrouvent au chômage et c'est chez eux que le taux d'aide sociale a le plus augmenté ces dernières années. Du coup, la 4e conférence nationale «Travailleurs âgés en Suisse», qui s'est déroulée jeudi dernier, a abouti sur une déclaration finale qui précise: «La Confédération, les cantons et les partenaires sociaux examinent les propositions permettant d’éviter les problèmes financiers et sociaux résultant de l’arrivée imminente en fin de droits des chômeurs seniors».

Du coup, la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS) y a émis une proposition concrète: elle demande que les plus de 55 ans au chômage reçoivent des allocations jusqu'à l'âge de la retraite, ce pour autant qu'ils aient cotisé au moins 20 ans à l'assurance chômage. Ils ne se retrouveraient ainsi jamais à l'aide sociale, explique l'Aargauer Zeitung jeudi.

Le SECO pas d'accord

«Enfin une proposition solide», auraient réagi des politiciens de gauche comme de droite, raconte le journal. Seul le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a réagi négativement. Selon le SECO, il faut la meilleure intégration possible des seniors dans le marché du travail.« Or l'idée de la CSIAS aura l'effet exactement inverse. Les incitations à chercher et accepter un emploi seraient massivement réduites», critique ainsi son porte-parole Fabian Maienfisch qui précise que le SECO n'a reçu jusqu'ici aucun mandat pour étudier la proposition.

L'Union patronale suisse est moins sévère. «Nous saluons le fait que la CSIAS souhaite renforcer l'intégration des plus de 55 ans par le biais de l'assurance chômage», dit-elle. Mais pour la faîtière des employeurs, le libellé de la déclaration finale ne signifie pas que le modèle de la CSIAS sera intégralement testé. «Mais des éléments individuels seront certainement inclus.»

Du côté des cantons, on se montre plutôt favorable: «la CSIAS a mis le doigt sur le point sensible. Car il s'agit de la dignité des personnes concernées. Obliger les plus de 55 ans à attendre de voir leur fortune fondre à 4000 francs avant de toucher l'aide sociale, c'est dégradant», estime Christoph Brutschin, directeur des affaires économiques de Bâle. Qui rappelle que le but de la proposition est de faire en sorte que les seniors restent le plus longtemps possible en contact avec les Offices régionaux de placement (ORP).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!