Génial: Chômeur, il s'improvise guide et dit tout son amour pour Bienne
Actualisé

GénialChômeur, il s'improvise guide et dit tout son amour pour Bienne

Guide autoproclamé, sans soutien d'aucune sorte, un chômeur présente tout ce qui fait de Bienne une ville exceptionnelle. «Le Matin» l'a suivi de surprise en surprise.

par
Vincent Donzé
1 / 11
La Coupole en miniature: haut-lieu alternatif depuis un demi-siècle, le dôme du Centre autonome de jeunesse possède une réplique miniature à la vieille-ville, à l'enseigne du designer Felix Mosimann, créateur d'objets de lumière à la place du Ring 13.

La Coupole en miniature: haut-lieu alternatif depuis un demi-siècle, le dôme du Centre autonome de jeunesse possède une réplique miniature à la vieille-ville, à l'enseigne du designer Felix Mosimann, créateur d'objets de lumière à la place du Ring 13.

Le Matin/Sébastien Anex
Au Bar Hasard de la rue de la Gare, café de style italien aménagé en 1993 par le constructeur métallique Jean-Marc Cuanillon dans une ancienne mercerie de 19 m2, ce qui l'a fait percevoir un temps comme le plus petit bar de Suisse.

Au Bar Hasard de la rue de la Gare, café de style italien aménagé en 1993 par le constructeur métallique Jean-Marc Cuanillon dans une ancienne mercerie de 19 m2, ce qui l'a fait percevoir un temps comme le plus petit bar de Suisse.

Le Matin/Sébastien Anex
Place Centrale, entre le M et le P de l'enseigne Campari, dont la lumière ne fonctionne plus et dont le R a été remplacé après avoir menacé de tomber, ce qui a nécessité l'intervention des pompiers, suite à quoi la lettre déposée dans le corridor de l'immeuble a été dérobée.

Place Centrale, entre le M et le P de l'enseigne Campari, dont la lumière ne fonctionne plus et dont le R a été remplacé après avoir menacé de tomber, ce qui a nécessité l'intervention des pompiers, suite à quoi la lettre déposée dans le corridor de l'immeuble a été dérobée.

Le Matin/Sébastien Anex

Avec sa bécane estampillée «Stadt Parcours Biel», Matthias «Dadaïs» Grütter (54 ans) est captivant. Voilà un représentant devenu chômeur qui s'est pris en main et qui invente un jeu de pistes, sorte de chasse aux trésors pour vanter les mérites de sa ville. Avec un faible pour l'architecture en général et le Bauhaus en particulier.

Le déclic s'est produit l'an dernier, à l'occasion d'une fête à organiser pour une famille éparpillée: «On m'a dit le dégoût ressenti pour Bienne, ville de drogués, de criminels et d'assistés. J'ai eu envie de corriger le tir, loin des stéréotypes», explique Matthias Grütter.

Attraction touristique

Résultat: un parcours jalonné d'énigmes dans des coins connus et des recoins méconnus, avec en guise de fil rouge un code jaune à trois chiffres. «Ca m'a pris un temps fou», rapporte Matthias Grütter. Tant qu'à faire, ce chômeur a soigné les détails pour en faire une attraction touristique à 19 francs par participant.

Son «Stadt Parcours Biel» ne bénéficie d'aucun soutien, et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Et pourtant, quel ambassadeur! Matthias Grütter ne fait rien d'autre que vanter le charme de Bienne, ville Bauhaus par excellence: «Par modestie, on n'en fait pas tout un plat, mais aucune autre ville ne possède un tel potentiel», assure-t-il.

À pied ou à vélo

En partant du parc municipal pour aboutir à la rive du lac, Matthias Grütter guide des familles, des groupes et des classes, à pied ou à vélo, dans 24 endroits qui valent le détour.

N'étant pas architecte, Matthias Grütter s'est documenté en consultant des architectes, des propriétaires, des bibliothécaires et des archivistes. Un travail minutieux qui a débouché sur une brochure intitulée «ArchitectTour - Découvrez le modernisme de Bienne».

Qualité de vie

«J'aime Bienne et sa qualité de vie exceptionnelle, surtout en matière culturelle», martèle Matthias Grütter, qui a découvert l'architecture en pratiquant la photographie.

Le 12 avril prochain, il fêtera officiellement le centenaire du Bauhaus, lui qui vit dans un immeuble construit avant 1919.

Votre opinion