Publié

Hockey sur glace«Chris McSorley? Non, je ne lui ai pas téléphoné»

Le CP Berne a fait fausse route en engageant Don Nachbaur pour deux saisons au printemps dernier. L’entraîneur austro-canadien a démissionné jeudi. Le CEO Marc Lüthi prend position et évoque l’avenir immédiat.

par
Cyrill Pasche
Le CEO Marc Lüthi vit l’une de ses saisons les plus compliquées à la tête du CP Berne. 

Le CEO Marc Lüthi vit l’une de ses saisons les plus compliquées à la tête du CP Berne.

KEYSTONE

Avez-vous déjà reçu beaucoup de dossiers? La place de coach du CP Berne reste tout de même l’une des plus prisées en Europe…

Aucune idée. J’ai passé ma journée à répondre aux questions des journalistes par téléphone.

Don Nachbaur a bien démissionné et n’a pas été viré. C’est bien cela?

Absolument. Il a souhaité partir. Maintenant, c’est fait. C’est derrière nous. Nous avons convenu que les raisons de son départ resteraient confidentielles.

A la fin du communiqué du club annonçant la démission de Nachbaur, figurent votre nom et votre téléphone pour répondre à d’éventuelles questions. Pourtant, vous êtes le premier à insister sur le fait que vous ne commentez pas tout ce qui est du domaine sportif. Dès lors, pour quelles raisons est-ce que ce n’est pas la directrice sportive Florence Schelling qui se colle à l’exercice?

C’est juste, le sportif est du domaine de Florence Schelling. Par contre, tout ce qui concerne un changement d’entraîneur passe par moi. Cela a toujours été ainsi au SCB, ce n’est donc rien de nouveau.

Florence Schelling a toutefois choisi Don Nachbaur. Comment vit-elle le fait que cette expérience a finalement été un échec sur toute la ligne?

Ce n’est pas elle qui a fait quelque chose de faux. Elle nous avait proposé trois candidats, nous avons finalement choisi Nachbaur en comité. Cela n’a pas fonctionné, ok, mais maintenant c’est derrière nous. «Shit happens», comme on dit. Elle a en tout cas toujours toute notre confiance.

Quelle sera désormais votre stratégie sportive? Solution interne pour boucler la saison ou choix d’un nouvel entraîneur capable de remettre le navire à flots?

Pour le moment, nous optons pour une solution interne avec notre entraîneur des juniors M20, Mario Kogler. Puis nous verrons ce qui va se passer. S’il travaille bien et si les résultats suivent, nous pourrions continuer sur cette voie. Il sera entouré par plusieurs assistants, dont Alex Châtelain (ndlr: l’ex directeur sportif) et Mark Streit (ndlr: l’ex joueur de NHL, membre du conseil d’administration du SCB). Ce staff doit désormais s’organiser et voir comment il va fonctionner.

Mark Streit pourrait-il à l’avenir prendre davantage de place dans la gestion sportive du club?

La réputation de Mark et son immense expérience ne sont plus à démontrer. Il sera dans l’environnement du staff, c’est à dire qu’il fera part de son expertise sur la glace durant les entraînements, notamment pour tout ce qui touche à l’aspect défensif. Il ne sera toutefois pas sur le banc avec les coaches durant les matches.

Un de vos amis, qui se trouve être un entraîneur renommé, est plus ou moins libre… Avez-vous déjà passé un coup de fil à Chris McSorley?

Non. Non, je n’ai pas téléphoné à Chris…

McSorley au CP Berne, tôt ou tard, cela paraît inévitable, non?

On ne sait jamais ce qui peut se passer. On verra bien ce que l’avenir nous réserve… Il ne faut jamais dire jamais. Mais ce ne serait pas correct vis-à-vis de l’entraîneur que nous venons de mettre en place si je commentais l’éventuel engagement d’un autre coach...

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marc Arcobello

02.12.2020 à 12:31

Jamais un entraîneur comme MC Sorley au CP Bern.

hockey business

02.12.2020 à 09:29

McSorley n'est pas un philanthrope. Lüthi le sait très bien. Il ne va pas laisser rentrer le loup dans la bergerie.

Christin Constantan

01.12.2020 à 22:26

Méthode Constantin à appliquer : tous à la porte !