Publié

BasketballChris Paul illumine les Suns, Chicago et Cleveland se font peur

Grâce à son meneur, Phoenix a remporté dans la nuit de lundi à mardi un 7e succès consécutif en NBA. Les Bulls et les Cavs ont gagné de justesse.

Chris Paul a frôlé le triple-double (27 pts, 14 passes, 9 rbds).

Chris Paul a frôlé le triple-double (27 pts, 14 passes, 9 rbds).

AFP

Les Suns, leaders incontestés du championnat, ont encore pu compter sur une «masterclass» de Chris Paul dans le money-time, pour battre le Jazz, lundi en NBA, pendant que les Bulls et les Cavaliers survivaient in extremis aux comebacks du Thunder et des Knicks.

Mr Clutch, l’homme qui prend ses responsabilités et décide du sort d’un match dans le dernier quart-temps, spécimen rare dans le basket, s’appelle Chris Paul à Phoenix. Et le meneur a fait une nouvelle démonstration éclatante de son talent, offrant à son équipe une septième victoire consécutive (115-109).

Proche de l’exploit

Alors que Utah (4e) nourrissait encore l’espoir de réaliser un exploit sans son cinq majeur – Rudy Gobert (mollet), Donovan Mitchell (commotion cérébrale), Mike Conley (repos), Bojan Bogdanovic (genou), Joe Ingles (cheville) –, en menant 95-91 à neuf minutes de la fin, «CP3» a tout changé.

Il a été impliqué dans les vingt points suivants marqués par les Suns, en inscrivant 20 à lui seul et offrant deux passes décisives. Le score est passé en l’espace de six minutes à 111-100, soit un éclat de 20-5 encaissé par le Jazz, KO debout.

Rappelant qu’il est bien humain, le meneur de 36 ans a ensuite raté une ultime tentative derrière l’arc, frôlant le triple-double (27 pts, 14 passes, 9 rbds). Sans conséquence sur le sort du match, malgré un sursaut de Jordan Clarkson (22 pts), auteur de deux shoots à longue distance qui n’ont pas servi à grand-chose. Jusque-là, c’est Devin Booker qui avait montré la voie pour des Suns plus que jamais en tête à l’Ouest, devant Golden State.

Chicago dauphin du Heat

A Oklahoma City, le tonnerre a failli s’abattre sur Chicago, qui a compté la bagatelle de 28 points d’avance, avant de subir une irrésistible remontée adverse, seulement contenue aux lancers francs dans les dix dernières secondes par Zach LaVine (23 pts).

L’arrière, qui faisait son retour après une blessure à un genou, alors que DeMar DeRozan (ménagé) et Alex Caruso (poignet) étaient absents, a ainsi assuré la victoire (111-110) aux Bulls, nouveaux dauphins de Miami à l’Est, juste devant Brooklyn. Nikola Vucevic (26 pts, 15 rbds) a tout aussi largement contribué.

Pour OKC, encore porté par Shai Gildeous-Alexander (31 pts, 10 passes), les temps sont durs avec ce sixième revers consécutif, synonyme de dernière place à l’Ouest.

Les résultats de la nuit

Les Cavs résistent

A Cleveland, les Cavs ont eux résisté au retour des Knicks dans le money-time pour s’imposer (95-93), grâce notamment à un shoot décisif derrière l’arc de Darius Garland (13 pts, 12 passes) à 1’23 du terme.

Tout en se privant d’Evan Fournier (7 pts) et Kemba Walker (8 pts) hors du coup, New York venait pourtant d’égaliser à 91-91, après avoir effacé un déficit de quinze unités dans le sillage de Julius Randle (18 pts, 7 rbds), qui a ensuite trouvé RJ Barrett (24 pts) pour le shoot de la victoire au buzzer, finalement manqué.

Cleveland, qui demeure 5e à l’Est grâce à ce deuxième succès de rang, avait auparavant compté sur un bon soir de Kevin Love (20 pts, 11 rbds), auteur notamment de trois shoots primés d’affilée en un peu plus d’une minute, qui avaient justement créé l’écart en faveur de son équipe dans le troisième quart-temps.

Fin de rencontre serrée également à La Nouvele-Orléans (11e), qui a eu le dernier mot sur Indiana (117-113), grâce notamment à quatre lancers de Josh Hart (22 pts, 10 rbds) dans les 27 ultimes secondes, prenant le relais de Devonte Graham (26 pts).

(AFP)

Votre opinion