Football: Christian Binggeli a tenu son pari
Actualisé

FootballChristian Binggeli a tenu son pari

Le président de Xamax avait promis de ramener la Coupe de champion de Challenge League à vélo de Neuchâtel à Échandens (VD), où il habite. C’est fait!

par
Bertrand Monnard

L’arrivée était prévue à 17h environ. Ils ont eu à peine un quart d’heure de retard, malgré une pluie battante sur la fin. Président de NE Xamax, Christian Binggeli avait promis, si son club était promu en Super League, de ramener la coupe de champion à vélo, de Neuchâtel jusqu’à Échandens, chez lui, près de Morges. Et, un jour après la fête à la Maladière, il a tenu son pari, accompagné par une dizaine d’amis, dont deux membres du comité et son frère.

La Coupe, elle-même, a été transportée sur un petit chariot tiré par le seul vélo électrique du groupe. Mais les 72 kilomètres, Christian Binggeli les a bien faits à la force des mollets, comme promis. «Et à 65 ans, croyez-moi, il s’en est très, très bien sorti», sourit Killian, le mieux entraîné du groupe. «Maintenant, c’est fait et on a bien rigolé. C’était une super équipe, comme Xamax», rigole le président, totalement détrempé mais heureux. «On a pris la flotte sur les cinq derniers kilomètres, mais c’était pas grave.» Quel a été le passage le plus dur? «Entre La Sarraz et Cossonay, car ça monte pas mal.»

Sur la place du Saugey, au milieu du village, les trombes d’eau n’ont pas retenu le petit comité d’accueil constitué d’une partie de la Municipalité, qui a préparé une petite réception avec flûtes et vin blanc. Christine, Mme Binggeli, est là avec la petite Julie, 4 ans, tout heureuse de retrouver son papa.

Mordu de vélo

Ce défi, le président ne l’a pas lancé par hasard. Il a toujours été mordu de vélo. «Il m’est arrivé de faire Barcelone-Zurich en dix jours. Mais depuis le début de l’année, je n’ai que 500 kilomètres dans les jambes, je n’ai plus le temps.» Des idoles? Avec le dopage, il avoue que leurs étoiles ont pâli à ses yeux.

La veille, NE Xamax avait livré son dernier match devant plus de 9000 spectateurs à la Maladière dans une ambiance indescriptible et le président ne l’oubliera jamais. «J’en ai encore la chair de poule», dit-il. Il a fêté, mais pas trop, surtout avec la perspective du pari qu’il devait honorer le lendemain. «Je me suis couché vers 1 heure du matin. On a bu modérément, comme des sportifs.» Son programme? Quatre jours de vacances dans les Grisons en camping-car avec sa petite famille. «Puis après, on se consacrera à fond à la saison prochaine.»

Le championnat de Super League reprend dans moins de deux mois, à mi-juillet. Un autre pari, tout aussi grisant.

Votre opinion