Publié

ValaisChristian Varone lance sa campagne

Le commandant de la police valaisanne, libéré de ses fonctions pour faire campagne pour la course au Conseil d'Etat sous les couleurs du PLR, veut «préparer le Valais aux défis de demain», titre de son programme électoral.

Interpellé sur l'affaire de la pierre turque, Christian Varone a dit se réjouir de «remettre les pendules à l'heure» à l'issue de la procédure judiciaire.

Interpellé sur l'affaire de la pierre turque, Christian Varone a dit se réjouir de «remettre les pendules à l'heure» à l'issue de la procédure judiciaire.

Keystone

Candidat du PLR valaisan dans la course au Conseil d'Etat, Christian Varone a présenté son programme électoral jeudi devant la presse.

Interpellé sur l'affaire de la pierre turque, il a dit se réjouir de «remettre les pendules à l'heure» à l'issue de la procédure judiciaire.

«Préparer le Valais aux défis de demain», tel est le titre du programme électoral que Christian Varone a développé durant une heure devant un parterre de journalistes réunis à Sion. Faire du Valais le canton de l'énergie, mieux le défendre à Berne, promouvoir le tourisme, l'agriculture et la viticulture sont quelques-unes des priorités du candidat.

Le commandant de la police valaisanne, libéré de ses fonctions pour faire campagne, a également abordé le thème de la sécurité et notamment des risques élevés de séisme en Valais. «Si des efforts louables ont été réalisés pour renforcer nos constructions, les procédures d'intervention sont à concrétiser et à entraîner de toute urgence», a-t-il souligné.

Un renforcement de la prévention contre les dangers d'internet et des médias sociaux est aussi prôné par Christian Varone. Le candidat du PLR valaisan a également abordé le problème de la lutte contre la cybercriminalité et les cyberattaques dont les scénarios de crise sont, selon lui, «encore sous-estimés au sein des administrations fédérales, cantonales et communales».

Serein dans l'attente du verdict

Interpellé sur l'affaire de la pierre turque et les nombreuses rumeurs qui l'entourent, Christian Varone a répondu qu'elle ne faisait pas partie de son programme électoral. Il a toutefois indiqué qu'il attendait «sereinement» le verdict (une audience aura lieu le 14 février en Turquie).

«J'ai dit strictement la vérité lors de la conférence de presse à mon retour de Turquie ainsi que devant la justice turque. On a dit plein de choses depuis sur cette affaire et je me réjouis au terme de la procédure de pouvoir remettre les pendules à l'heure», a-t-il encore indiqué.

(ats)

Votre opinion