08.12.2019 à 18:14

Christian Zermatten: «On ne jouait pas dans la même ligue»

Football

Le co-entraîneur du FC Sion a vu ce que tout le monde a vu dimanche à Saint-Jacques: un monde séparait Bâlois et Valaisans, battus 4-0.

par
Sport-Center
L'entraîneur valaisan n'a pu que constater les dégâts dimanche.

L'entraîneur valaisan n'a pu que constater les dégâts dimanche.

Keystone

Coach, qu’y a-t-il à dire sur ce match?

Pas grand-chose, en fait… Bâle était simplement meilleur à tous les points de vue. Tactiquement, dans l’engagement. On ne s’est pas créé une action, ça veut dire beaucoup.

Il aurait fallu pouvoir tenir plus longtemps, non?

À 1-0 à la pause, peut-être, je dis bien peut-être, qu’on aurait pu y croire un petit peu en seconde période. Mais ces buts en extrémité de mi-temps font toujours très mal. Et puis, sur le 1-0, évidemment qu’on n’a pas le droit de laisser à un adversaire comme Bâle autant d’espace à trente mètres du but.

Qu’est-ce qu’il faut reprocher à votre équipe aujourd’hui?

À chaud, je ne sais pas trop quoi répondre. La différence était tellement énorme entre eux et nous. On ne jouait pas dans la même ligue. Les Bâlois se trouvent dans une période faste. Ils en avaient déjà mis trois à YB le week-end dernier. Nos quinze premières minutes étaient plutôt bonnes. On a su rester solides. Tout s’est compliqué après le 1-0. Notre attitude générale est devenue, disons, difficile. Pas coupable, mais difficile. On se rend aussi compte qu’on n’a pas la substance pour tenir tête à des formations comme Bâle.

Vous vous êtes déplacés avec un banc rempli de jeunes joueurs. Dont Yannick Cotter, à qui vous avez donné une demi-heure de temps de jeu.

L’intégration de ces jeunes, c’est le seul point positif à retenir aujourd’hui. Yannick, il travaille énormément, il sait ce qu’il veut. Cette place, il l’a méritée. Même si, bien sûr, ce n’est pas forcément le contexte rêvé pour faire ses débuts en Super League. J’en suis conscient.

Florian Vaney, Bâle

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!