Publié

FranceChristiane Taubira, désignée «Femme de l'année»

Alors que la ministre française de la Justice est la cible d'attaques racistes depuis quelques semaines, le magazine Elle l'a distinguée.

Christiane Taubira: «Je ne crains ni le racisme, ni le sexisme, ni la bêtise.»

Christiane Taubira: «Je ne crains ni le racisme, ni le sexisme, ni la bêtise.»

AFP

Le magazine féminin français consacre sa Une de vendredi à Christiane Taubira pour son courage et son engagement. «C'est pour nous la femme politique de l'année. Parce qu'elle a défendu avec courage et éloquence la loi sur le mariage pour tous, parce qu'elle ne baisse jamais les bras ni ne se pose en victime», a déclaré à l'AFP Valérie Toranian, la directrice de la rédaction.

Les insultes à l'encontre de Christiane Taubira, une femme noire de 61 ans, ont provoqué un tollé en France, après qu'elle eut été comparée à un singe par une enfant au cours d'une manifestation contre le mariage homosexuel, par une responsable du Front national (extrême droite), mais aussi en Une de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute.

Pleine d'énergie

«L'année a commencé avec elle, et s'achève avec elle, avec ces histoires assez tristes. Nous ne voulions pas du tout en faire le symbole d'une femme victime du racisme. Nous voulions nous indigner», a expliqué Valérie Toranian.

«Quand on a vu ce qui s'était passé, les insultes racistes, la une de Minute, une émotion légitime a monté, nous avions envie de mettre la lumière sur elle», a-t-elle ajouté.

«Je ne crains ni le racisme, ni le sexisme, ni la bêtise», lance la ministre dans un long entretien avec Elle, qui n'a que très rarement dédié sa Une à une femme politique. «Mais j'avoue que je ne m'attendais pas à une telle intensité. Toutes les marques d'affection, d'amitié, de respect que j'ai reçues au lendemain des attaques dont j'ai été la cible me donnent cependant une énergie considérable. La haine ne pénètre pas.» «Les idées que je défends (...) clivent et créent des désaccords. Mais je n'ai pas l'intention de me raboter, qu'on se le dise», promet-elle.

Les politiques noirs victimes de racisme:

1 / 5
L'hebdomadaire d'extrême-droite Minute fait sa Une du 12 novembre 2013 sur la ministre de la Justice. Une «Une» jugée nauséabonde qui fait référence à une manifestation à Angers fin octobre où une jeune fille a tendu une banane à Christiane Taubira (voir vidéo suivante).

L'hebdomadaire d'extrême-droite Minute fait sa Une du 12 novembre 2013 sur la ministre de la Justice. Une «Une» jugée nauséabonde qui fait référence à une manifestation à Angers fin octobre où une jeune fille a tendu une banane à Christiane Taubira (voir vidéo suivante).

Minute
Durant une manifestation anti-raciste à Bergerac, près de Bordeaux, une jeune fille brandit une banane où est écrit «I love Taubira» (J'aime Taubira), en référence aux attaques racistes dont a été victime peu avant la ministre de la Justice, où une fillette lui avait tendu une banane.

Durant une manifestation anti-raciste à Bergerac, près de Bordeaux, une jeune fille brandit une banane où est écrit «I love Taubira» (J'aime Taubira), en référence aux attaques racistes dont a été victime peu avant la ministre de la Justice, où une fillette lui avait tendu une banane.

AFP
Suite à cet incident raciste, le 25 octobre à Angers, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a pris la parole à l'assemblée nationale, le 30 octobre suivant, pour dénoncer l'acte ignoble dont avait été victime sa ministre de la Justice, 5 jours auparavant.

Suite à cet incident raciste, le 25 octobre à Angers, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a pris la parole à l'assemblée nationale, le 30 octobre suivant, pour dénoncer l'acte ignoble dont avait été victime sa ministre de la Justice, 5 jours auparavant.

AFP
(AFP)

Ton opinion