Publié

Affaire HildebrandChristoph Blocher fait recours au Tribunal fédéral

Le conseiller national UDC zurichois veut faire annuler la perquisition dont son domicile a fait l'objet le 20 mars dernier.

Le conseiller national est sous le coup d'une enquête pénale pour violation du secret bancaire.

Le conseiller national est sous le coup d'une enquête pénale pour violation du secret bancaire.

Keystone

Christoph Blocher fait recours au Tribunal fédéral (TF) dans le but de faire annuler la perquisition dont son domicile a fait l'objet le 20 mars dernier. Il réagit ainsi au refus de la Cour suprême de Zurich de dessaisir le procureur général en charge du dossier ainsi que son prédécesseur.

Le recours est en préparation, a déclaré mardi l'avocat de Christoph Blocher, Walter Hagger. Il confirme une information révélée par la NZZ.

La semaine dernière, la Cour suprême du canton avait rejeté la demande du politicien de dessaisir le procureur général Andreas Brunner du dossier de l'affaire Hildebrand.

Après la perquisition, ce dernier avait déclaré à la télévision que «des pièces à conviction importantes» avaient pu être saisies au domicile de l'ancien conseiller fédéral.

Partial depuis quand?

Le recours de Christoph Blocher vise aussi une autre demande de dessaisie concernant le procureur Martin Bürggisser, avec effet rétroactif. Celui-ci avait déjà cédé le dossier avant que la perquisition n'ait lieu. Trois jours après cette dernière, il s'est ouvertement exprimé sur l'affaire dans un pub à Bülach (ZH).

Martin Bürgisser n'étant plus en charge du dossier au moment de ses déclarations, la justice zurichoise n'est pas entrée en matière sur la demande de Christoph Blocher au sujet de ce procureur. Face au TF, le vice-président de l'UDC veut faire remonter formellement l'état de partialité de Martin Bürgisser à la période précédent la perquisition, de manière à annuler celle-ci.

La perquisition effectuée par le Ministère public zurichois au domicile de Christoph Blocher s'inscrit dans le cadre de l'affaire Hildebrand. Le conseiller national est sous le coup d'une enquête pénale pour violation du secret bancaire.

(ats)

Ton opinion