Émotion: Christophe Dominici: les confidences bouleversantes de sa compagne
Publié

ÉmotionChristophe Dominici: les confidences bouleversantes de sa compagne

Pour la première fois depuis la mort de l’ex-sportif, le 24 novembre dernier, Loretta Denaro revient sur le jour où tout a basculé et parle de l’homme jovial ainsi que du père aimant qu’il était.

Loretta Denaro et Christophe Dominici lors d’un événement à Paris le 11 mars 2014.

Loretta Denaro et Christophe Dominici lors d’un événement à Paris le 11 mars 2014.

Getty Images

Presque deux semaines après le décès de Christophe Dominici, sa compagne Loretta Denaro a accepté de se confier à «Paris Match» ce jeudi 3 décembre 2020. La veuve de l’ex-sportif se souvient de cette journée de fin novembre où tout a basculé: «Quand il est parti ce matin-là, Il ne fait aucun geste étrange, il ne m’a lancé aucun regard particulier. Il n’a pas non plus embrassé ses filles plus que d’habitude.» Si elle a accepté de se confier, c’est aussi car «depuis sa mort, les médias décrivent un homme désespéré, mais il était enthousiaste, malicieux et généreux. C’est cela dont je voudrais que les gens se souviennent».

«J’ai aussi été séduite par son enthousiasme»

Elle revient notamment sur leur première rencontre qui remonte à 2007. «Il m’a remarquée dans le métro, il m’a suivie, tout timide. Il m’a immédiatement captivée par sa folie, sa folie si romantique; mais j’ai aussi été séduite par son enthousiasme», se souvient-elle. À l’époque, Christophe Dominici fait partie du XV tricolore, Loretta est témoin de ses exploits sur le terrain. «Après notre rencontre, lors du match contre l’Italie, il m’a dédié son essai. J’étais sous le charme», confie-t-elle.

De leur histoire d’amour sont nées deux filles Kiara et Mya. Christophe Dominici était «un papa poule à l’écoute de nos filles». «Il expliquait les choses très calmement. Il aimait aussi jouer à la bagarre avec elle», partage-t-elle. Attentionné avec sa compagne et ses enfants, Christophe Dominici tentait de lui faire plaisir comme il pouvait: «Il ne cuisinait pas mais, récemment, pour nous surprendre, il nous a fait des spaghettis aux palourdes. Cuisiner des spaghettis à une Italienne! Quelle idée! Mais il aimait les défis. Il avait oublié de laver les palourdes alors on a mangé des pâtes sableuses et très croquantes. On a beaucoup ri.»

(LeMatin.ch)

Votre opinion

5 commentaires