04.08.2020 à 06:55

SuisseChute «historique» des nuitées

Le premier semestre a été catastrophique pour l’hôtellerie en Suisse, en raison de la pandémie.

Les établissements helvétiques ont été largement désertés depuis l’éclatement de la pandémie mi-mars. (archive)

Les établissements helvétiques ont été largement désertés depuis l’éclatement de la pandémie mi-mars. (archive)

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Jamais dans l’histoire de la Suisse les nuitées hôtelières n’ont autant chuté: -47,5%, soit -8,9 millions, au premier semestre par comparaison avec la même période un an auparavant. Au total, la Suisse a enregistré 9,9 millions de séjours hôteliers pendant la période sous revue, selon les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS) publiés mardi.

Si l’on prend en considération uniquement les nuitées des étrangers, le dévissage est encore plus vertigineux, atteignant 60,1%, ce qui correspond à 6,1 millions de nuitées en moins. Les citoyens suisses, de leur côté, ont passé 5,8 millions de nuitées à l’hôtel, ce qui correspond à un recul de 32,4% ou 2,8 millions d’unités en moins.


C’est le mois d’avril qui s’est avéré le plus catastrophique, marqué par une contraction globale sans précédent de 92,4% ou 2,5 millions de nuitées en moins. La contraction a même atteint les 96,3% ou 1,4 million de nuitées en moins pour les hôtes étrangers, tandis que du côté suisse elle s’est établie à 87,4% ou 1,0 million de nuitées en moins.


Dès mars, les premiers effets de la crise pandémique du coronavirus se sont fait ressentir, tout particulièrement de la clientèle en provenance du continent asiatique (-27,7% ou 68’000 nuitées en moins) et plus spécifiquement encore de celle de Chine (-66,7% ou 54’000 nuitées en moins).

«Timide» amélioration en juin


En début de crise, en février, c’est la zone touristique de Lucerne et du lac des Quatre-Cantons qui a été la plus sévèrement frappée, avec un recul de 44,6% ou 18’000 nuitées en moins de la clientèle asiatique.
Les Grisons (-46,4%), ainsi que le Jura et la région des Trois-Lacs (-49,5%) sont les zones touristiques qui ont le mieux résisté au mois de mai (par rapport à la même période en 2019), alors que les premières mesures de déconfinement étaient prises.


Une amélioration qualifiée de «timide» par l’OFS s’est ensuite progressivement développée, surtout dès le 15 juin lorsque l’espace Schengen s’est rouvert: au total 1,4 million de nuitées ont été enregistrées en juin, ce qui constitue tout de même une régression de 62,0% par rapport à juin 2019 ou 2,4 millions de nuitées en moins.


En juin, seuls le Tessin (-32,6%), les Grisons (-34,9%), le Jura et les Trois-Lacs (-35,1%) et la Suisse orientale (-37,6%) ont su tirer leur épingle du jeu, avec une réduction relative de leurs nuitées inférieure à 40%. Toutes les autres zones touristiques ont continué d’afficher de forts reculs.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!