17.04.2019 à 15:47

Hockey sur glaceCinq choses à savoir sur Patrick Emond

Le nouveau coach de GE Servette n’était pas le technicien le plus connu sur le marché. Mais au fait, Patrick Emond, c’est qui?

von
Grégory Beaud
Genève
Le nouvel entraîneur de GE Servette a été une star de la ligue junior québécoise.

Le nouvel entraîneur de GE Servette a été une star de la ligue junior québécoise.

Keystone

A partir de septembre prochain, le Québécois Patrick Emond sera sur le banc de GE Servette et aura toutes les lumières braquées sur lui. Une nouveauté pour un homme qui a travaillé toute sa carrière dans l’ombre, au sein de la relève du club grenat. Ses deux titres de champion de Suisse juniors avec les élites genevois l’ont quelque peu fait connaître au-delà de Genève. Cette promotion à la tête de la première équipe est l’occasion de faire plus ample connaissance avec le futur homme fort des Vernets.

----------

1. Il était une star de la LHJMQ, la ligue junior québécoise

S’il n’a pas fait carrière en tant que professionnel, Patrick Emond peut se targuer d’avoir réalisé un parcours impressionnant chez les juniors. Entre 1981 et 1986, il a successivement porté les maillots des Draveurs de Trois-Rivières , des Olympiques de Hull et des Saguenéens de Chicoutimi. Ses statistiques? 576 points en 340 matches! Il est le troisième meilleur pointeur de l’histoire de la ligue devant, notamment, un certain Mario Lemieux. Lors de la saison 1985-1986, il a totalisé 167 points en 71 matches (69 buts, 98 assists).

----------

2. Il a reçu un prestigieux trophée

Lors de son brillant parcours en LHJMQ, il n’a pas seulement impressionné par son jeu et ses aptitudes offensives. Il a également été reconnu pour son comportement sur la glace. Ainsi, lors de la saison 1984-1985, il a reçu le Trophée Frank J. Selke (à ne pas confondre avec la distinction du même nom en NHL pour le meilleur attaquant défensif). Plusieurs noms bien connus en Suisse ont également reçu cette distinction. Ainsi Normand Dupont (1975-1976), Claude Verret (1980-1981 et 1981-1982), Christian Dubé (1995-1996), David Desharnais (2004-2005, 2005-2006 et 2006-2007) ou encore Philippe-Michaël Devos (2010-2011) figurent au palmarès.

----------

3. Il a été drafté par les Pittsburgh Penguins

Son succès en ligues juniors ne lui a pas ouvert les portes de la NHL. Loin s’en faut. En 1986, les Pittsburgh Penguins décident de le sélectionner au sixième tour, en 106e position. Évoluant au centre, il a rapidement vu sa route être barré par un certain Mario Lemieux, repêché deux ans plus tôt par la franchise de Pennsylvanie. Emond a tenté à plusieurs reprises d’être intégré dans la prestigieuse équipe, mais n’a finalement jamais été retenu. Il a également tenté sa chance aux Nordiques de Québec lors d’un camp de préparation. Sans plus de succès. A la suite de cet échec, il s’est tourné vers les études universitaires à l’Université de Québec, pour les Patriotes de Trois-Rivières.

----------

4. Il a porté le maillot grenat

Au cours de sa carrière en Europe, il a porté à quelques reprises le maillot du GSHC. A chaque fois très brièvement. Gary Sheehan l’avait fait débarquer aux Vernets pour un match amical face à Zurich, équipe de LNA. Comme les Genevois évoluaient à l’échelon inférieur, ils possédaient un joueur importé de moins. Raison pour laquelle, Patrick Emond avait rejoint les Grenat. Il a également suppléé Yannick Dubé, fréquemment blessé cette saison-là. C’était en 1997-1998.

----------

5. C’est lui qui a fait venir Matte

C’est bien connu, le Québec est une grande famille et tout le monde s’y connaît. A Val Bel-Air, Patrick Emond s’occupait de la patinoire… en compagnie de Louis Matte, son futur assistant. C’est d’ailleurs sur ses conseils que ce dernier a débarqué à la fin des années 90. A l’époque, Gary Sheehan était l’entraîneur du club.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!