23.04.2020 à 13:40

Cinq ans de prison pour un proxénète albanais

Suisse

Le Tribunal fédéral a confirmé la peine infligée par la justice vaudoise à un Albanais pour proxénétisme.

Pour le Tribunal fédéral, la culpabilité du condamné est très lourde.

Pour le Tribunal fédéral, la culpabilité du condamné est très lourde.

Keystone

Le Tribunal fédéral rejette le recours d'un Albanais condamné à cinq ans de prison par la justice vaudoise. L'homme avait été reconnu coupable de tentative de containte sexuelle et encouragement à la prostitution, notamment, pour avoir fait venir une Roumaine en Suisse et l'avoir mise sur le trottoir.

En octobre 2010, la victime avait été attirée par la promesse d'un travail honorable. Après avoir travaillé quelque temps dans le ménage du condamné et de sa compagne roumaine, ces derniers l'avaient contrainte à se prostituer durant deux mois en la menaçant, elle et sa famille en Roumanie, de sévices et de mort. Lorsqu'elle avait pris la fuite à fin février 2011, ils l'avaient abreuvée des pires insultes et menaces sur son mobile.

En 2012, le condamné avait aussi tenté d'abuser d'une connaissance en glissant une pastille de méth dans sa boisson. Alors que l'homme avait commencé à la masser, la femme avait pris conscience de la situation et était parvenue à y mettre fin. Elle avait fait ensuite l'objet de menaces voilées.

Stupéfiants

En 2007 et 2011, l'homme avait aussi trempé dans un trafic international de cocaine et d'héroïne qui lui avait rapporté au moins 20'000 euros. En 2013, il a été condamné à cinq ans et demi de prison en Macédoine pour le transport de 14 kilos de marijuana. Après avoir purgé cette peine, l'Albanais a été extradé en Suisse et condamné en octobre 2019 pour les faits survenus entre 2007 et 2012.

Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal fédéral rejette le recours de l'Albanais. Celui-ci contestait les griefs d'encouragement à la prostitution et de tentative de contrainte sexuelle. Concernant la prostitution, il rejetait toute la responsabilité sur son ex-compagne qui a été condamnée dans une autre procédure.

Il soulignait en particulier qu'étant d'origine albanaise, il n'aurait pas pu écrire des SMS en roumain. De son côté, la justice vaudoise avait relevé que l'homme maîtrisait cette langue et que les menaces étaient typiques d'un auteur masculin.

Culpabilité très lourde

Pour le Tribunal fédéral, le recourant se borne à remettre en question l'interprétation des faits par l'instance cantonale sans parvenir à établir une appréciation arbitraire. Il en va de même de la contestation de la tentative de contrainte sexuelle.

A l'instar de leurs collègues vaudois, les juges fédéraux constatent que la culpabilité du condamné est très lourde. Il a agi pour des mobiles égoïstes de satisfaction sexuelle et d'appât du gain, témoigné d'un mépris des autres, exploité de manière détestable une femme contrainte à la prostitution et tenté de reporter sur les autres ses propres fautes.

En outre, l'homme est ancré dans la délinquance depuis 2007 au moins. Dans ces conditions, la justice vaudoise, qui a tenu compte du temps écoulé depuis certains faits, n'a pas abusé de son pouvoir d'appréciation en prononçant une peine de 5 ans. (arrêt 6B_92/2020 du 7 avril 2020)

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!