Publié

FranceCinq enfants périssent dans un incendie

Cinq enfants âgés de 2 à 10 ans sont décédés dans la nuit de samedi à dimanche dans l'incendie d'une maison à Saint-Quentin, dans le nord de la France. Le père n'a rien pu faire.

Malgré l'intervention des secours, les enfants sont décédés.

Malgré l'intervention des secours, les enfants sont décédés.

Keystone

Le sinistre est «vraisemblablement accidentel». Le père de famille, également présent dans la maison au moment de l'incendie, a été légèrement brûlé et son pronostic vital n'était pas engagé.

Dans la soirée, le père, âgé d'une quarantaine d'années, réveillé par le feu, a sauté par la fenêtre alerter les secours, après avoir vainement tenté de sortir ses enfants de la maison ravagée par les flammes.

Il a essayé avec un voisin de rentrer dans la maison, mais les deux hommes ont dû rebrousser chemin à cause des flammes, a raconté le voisin.

50 pompiers pour 5 enfants

Une cinquantaine de pompiers ont été déployés pour éteindre l'incendie. Mais ils ont eu du mal à accéder à l'habitation, en raison de «la violence du feu» et de «l'effondrement quasi total du plancher du premier étage», a déclaré à la presse le lieutenant Thierry Oberlin, des sapeurs-pompiers.

La fumée importante a «fortement compliqué le travail des sapeurs-pompiers», qui ont finalement découvert les cinq corps des enfants «morts par asphyxie», a expliqué Jean-Jacques Boyer, sous-préfet de Saint-Quentin.

Les cinq enfants, dont le sexe n'a pas pu être précisé, se trouvaient à l'étage de l'habitation. Quatre ont été découverts dans une chambre, les uns à côté des autres. Le cinquième, qui semblait s'être réfugié sous la fenêtre, a été retrouvé dans la chambre voisine, donnant sur la cour. Une autopsie des corps doit être pratiquée lundi.

Sors mes enfants

Les enquêteurs privilégiaient dimanche la piste accidentelle, mais le point de départ du feu n'avait pas été encore identifié avec certitude.

Le père de famille, âgé d'une quarantaine d'années, présente des brûlures sérieuses. Il n'a appris que dimanche matin par une psychologue de l'hôpital que ses enfants étaient décédés.

«Il n'a jamais pensé à lui. Il a essayé de venir chercher des secours. La première chose qu'il a dite, c'est Olivier,sors mes enfants. (...) Il s'est brûlé en essayant de sauver son fils», a témoigné l'un de ses voisins, Olivier Hubeaux.

Ils ont ensuite essayé ensemble de rentrer dans la maison, mais n'ont «rien pu faire», car «les flammes montaient jusqu'au toit», a-t-il poursuivi.

Le père, séparé, recevait ses enfants pour le week-end, selon la préfecture. La petite maison était mitoyenne. La famille voisine a été évacuée par précaution.

La mère, qui s'est rendue sur place dimanche dans la matinée, a été prise en charge par un médecin et une infirmière psychologue.

Autre incendie mortelle la même nuit

Un autre incendie mortel s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche, dans un immeuble d'Aubervilliers, une banlieue au nord de Paris, où trois personnes ont été tuées et une quinzaine blessées.

Le bilan établi dimanche fait état de trois morts, quatre blessés graves, cinq blessés légers et dix personnes intoxiquées.

L'origine du sinistre demeurait inconnue. Un résident a fait état devant des journalistes d'un «"cocktail molotov" »qui aurait été lancé durant une bagarre entre occupants de l'immeuble. Une enquête a été ouverte.

Alors que certains témoignages évoquaient l'insalubrité de cet immeuble de sept étages, la ministre du Logement, Cécile Duflot, venue sur les lieux, l'a qualifié "d'ancien", datant des années 20, mais ne «présentant pas de caractère d'alerte particulier».

Une des personnes décédées est morte brûlée au troisième étage, où s'est déclaré l'incendie, tandis qu'une autre s'est tuée en sautant par la fenêtre pour tenter d'échapper aux flammes. La troisième victime a succombé à ses blessures dans la nuit à l'hôpital.

Une soixantaine de personnes se trouvaient dans cet immeuble au moment de l'incendie, sur lequel près de deux cents pompiers ont été engagés.La petite maison était mitoyenne. La famille voisine a été évacuée par précaution.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!