France - Cinq interpellations après la fusillade en Isère  
Publié

FranceCinq interpellations après la fusillade en Isère

Un père et son fils avaient été gravement blessés dans une fusillade survenue la semaine dernière en Isère. Cinq suspects ont été interpellés, dont le tireur présumé.

Photo d’illustration. 

Photo d’illustration.

AFP

Cinq hommes ont été placés en garde à vue mardi après une fusillade survenue la semaine dernière en Isère, dans laquelle un père et son fils avaient été gravement blessés, selon le parquet de Vienne. Le 5 avril au soir, un jeune homme de 17 ans et son père de 41 ans avaient été touchés par des tirs survenus en pleine rue à Villefontaine, dans le nord du département, après une altercation entre deux groupes d’individus.

Originaires des environs, cinq suspects âgés de 17 à 48 ans ont été interpellés. Ils sont tous déjà connus de la justice, en particulier le tireur présumé, condamné à de multiples reprises pour vols, trafic de stupéfiants ou extorsion avec violences. Un pistolet de calibre 7-65 a été retrouvé en perquisition, qui pourrait correspondre à l’arme de poing utilisée lors des faits. Plusieurs armes blanches utilisées par ses co-auteurs ont par ailleurs été découvertes au sein des différents domiciles.

Différend entre deux groupes

«Si l’origine du différend entre les deux groupes d’individus reste encore floue à cette heure, il ressort toutefois des premières investigations que les deux victimes ne semblaient pas être concernées par le différend en question. Au surplus, le tireur ignorait manifestement le lien de famille qui unissait les deux victimes», indique la procureure Audrey Quey. Le pronostic vital du père, touché au thorax et dans le dos, était initialement engagé mais son état de santé n’inspire plus d’inquiétude. Son incapacité totale de travail a été fixée à au moins 30 jours, celle du fils à 21 jours. Une information judiciaire devrait être ouverte des chefs de tentative de meurtre ou complicité, violences aggravées et port d’armes prohibées jeudi à Grenoble.

(AFP)

Votre opinion