Suisse: Cinq tests par mois à la maison, c’est pour bientôt et ce sera gratuit
Publié

SuisseCinq tests par mois à la maison, c’est pour bientôt et ce sera gratuit

La Confédération veut encore intensifier sa campagne de dépistage de masse. Le but est de pouvoir avancer avec les assouplissements des mesures.

par
Yannick Weber
Le conseiller fédéral a présenté un projet de test massif.

Le conseiller fédéral a présenté un projet de test massif.

AFP

Alain Berset s’est présenté seul face à la presse, vendredi après-midi. Il y a présenté un nouveau développement dans la stratégie de tests de masse. La Confédération prendra en charge tous les tests réalisés en Suisse. Il veut que tout le pays se mette à des dépistages massifs, tels qu’ils ont été initiés dans le canton des Grisons, et repris à plus petite échelle dans d’autres cantons, comme quand le canton de Vaud a offert des tests gratuits à tout un chacun dans des stations de ski.

Bientôt, ce seront les tests à réaliser soi-même à domicile qui viendront changer la donne. L’OFSP, mardi, s’était pourtant montré sceptique. Alain Berset a tout de même précisé que ce ne serait pas pour tout de suite, il faut encore trouver des tests dont la fiabilité serait garantie: «Nous manquons encore de données à ce jour», a-t-il reconnu. «L'idée est que chaque personne qui le souhaite puisse bénéficier de cinq autotests par mois», dit le Conseil fédéral dans le communiqué de presse.

«Une brosse à dent qui va moins haut»

Ces tests, par contre, impliquent un changement dans la stratégie globale. Les autorités sanitaires ne pourront plus avoir une vision générale de l’évolution de l’épidémie, car il serait impossible de contraindre chaque personne qui récolte un résultat négatif à l’annoncer, tout comme il serait impossible de tous les répertorier. «Par contre, une personne qui aura un résultat positif devra confirmer le résultat par un test PCR», a dit Alain Berset.

La Confédération analyse les possibilités. Quoi qu’il en soit, le jour où ces tests seront disponibles, ils seront sans doute bienvenus pour tous ceux dont les narines ont été martyrisées par un, ou parfois plusieurs, tests PCR. «Les autotests, ça ressemble plutôt à une sorte de brosse à dents, qui va moins haut que les frottis des tests actuels», dit Alain Berset.

Viselio

Davantage de tests et moins de cas

Alors que le nombre de cas de contaminations stagne depuis le début de la semaine après avoir baissé continuellement, on sent ici que le Conseil fédéral veut poursuivre avec les réouvertures, mais qu’il doit trouver le moyen de le faire tout en évitant une sévère reprise des contaminations, comme cela se constate par endroits en Europe.

Le canton des Grisons est celui qui teste actuellement le plus massivement sa population. Et, là où on aurait pu attendre une augmentation de cas puisqu’on les détectait plus largement, c’est l’inverse qui s’est produit. Les asymptomatiques pouvant être isolés, c’est finalement une diminution des contaminations qui a progressivement été constatée. C’est là l’espoir du Conseil fédéral: que ces dépistages massifs nous permettent de revenir plus rapidement à la normalité.

Des gros sous

Les propositions du Conseil fédéral sont mises en consultation pendant une semaine auprès des cantons et du Parlement. Si tout peut aller de l’avant, la Confédération prendra en charge tous les tests dès le 15 mars, et a prévu pour cela des coûts de 1 milliard, en plus des coûts déjà assumés pour la stratégie de tests telle qu’elle a été jusqu’ici.

Votre opinion

91 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

La vérité se fait

06.03.2021, 20:49

En Belgique beaucoup de journalistes ont ras le bol de répéter inlassablement les mêmes bobards du gouvernement, qu'en est-il en Suisse ? Toujours en Belgique une laborantine avoue qu'il arrive souvent qu'après 18 heures (heure où se ferme le labo) qu'ils décrètent tous les tests non vérifiés comme étant positifs, cela prouve le mensonge généralisé. Les langues se délient et ce n'est pas la censure qui va changer la donne. Les cas ne veulent absolument rien dire si ce n'est que d'effrayer la population. La science n'est pas sérieuse, on demande l'avis à 2-3 personnes et on décide de la suite des événements. Pas de débats contradictoires, rien. C'est le cas en Belgique et presque partout en Europe. Le film ceci n'est pas un complot est explicite contrairement aux croyances de la doxa.

Pierre-Alain

06.03.2021, 17:10

C’est mal parti et si nous nous laissons faire sans rien dire, ils iront toujours plus loin et ce sera la dictature assurée. N’importe comment je n’utiliserai pas leur matériel en cas d’envoi

Merci patron

06.03.2021, 16:21

Gratuit. Ca veut dire que les big pharmas vont faire cadeau à la confédération de plusieurs millions de tests? Que la BNS va financer l'opération avec les bénéfices de l'exercice 2020? Que les caisses maladies vont dissoudre leurs réserves excédentaires? Gratuit ça veut dire que c'est pour le porteminnaie du contribuable et avec les primes payées au caisses maladies. Plus c'est gros plus ça passe!