Birmanie: Cinquante-cinq enfants soldats libérés
Publié

BirmanieCinquante-cinq enfants soldats libérés

Le retour à la vie civile annoncé vendredi de ces anciens enfants soldats a été obtenu dans le cadre d'un pacte signé en juin 2012 avec l'ONU.

Depuis 2012, 800 anciens enfants soldats ont été libérés, en Birmanie.

Depuis 2012, 800 anciens enfants soldats ont été libérés, en Birmanie.

AFP

L'armée birmane a rendu à la vie civile 55 anciens enfants soldats, poursuivant ses efforts de mise aux normes internationales avec un gouvernement civil dirigé par la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi aux manettes.

«C'est la première libération qui a lieu depuis que le nouveau gouvernement a pris le pouvoir en avril 2016», s'est félicité l'Unicef vendredi dans un communiqué annonçant cette libération.

L'Unicef a cependant déploré que sept groupes armés rebelles, qui combattent l'armée depuis des décennies pour certaines, continuent d'employer des enfants.

«L'ONU a entamé un dialogue avec plusieurs d'entre elles pour signer un accord sur la fin du recrutement des enfants de moins de 18 ans», ajoute l'Unicef.

Cette annonce intervient alors qu'Aung San Suu Kyi a fait de la fin de la guerre civile dans les régions rebelles une de ses priorités, réunissant récemment les principaux groupes.

Violations des droits de l'Homme

Le retour à la vie civile annoncé vendredi des 55 anciens enfants soldats a été obtenu dans le cadre d'un pacte signé en juin 2012 avec l'ONU.

La précédente libération, de 46 enfants, avait eu lieu en mars 2016. Depuis 2012, 800 anciens enfants soldats ont été libérés.

Parmi les anciens enfants soldats libérés, certains étaient devenus de jeunes adultes, après des années passées dans les rangs de l'armée.

Il n'existe aucun chiffre fiable sur le nombre de mineurs encore enrôlés dans l'armée birmane.

Celle-ci, au pouvoir pendant des décennies de junte militaire, a été accusée de violations des droits de l'Homme depuis des années, y compris pour avoir recruté de force des enfants pour s'en servir comme porteurs ou comme démineurs.

Entre la dissolution de la junte en 2011 et l'arrivée au pouvoir d'Aung San Suu Kyi en avril 2016 après avoir remporté des législatives historiques, le régime de transition a mis en oeuvre des réformes politiques et économiques spectaculaires, permettant la levée de presque toutes les sanctions occidentales.

(AFP)

Votre opinion