Football - Cissé: «Quand il y a du contenu, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir»
Publié

FootballCissé: «Quand il y a du contenu, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir»

Malgré la perte du derby lémanique, le directeur sportif du LS ne change pas sa ligne de conduite. A la Tuilière, où la question du coach ne se pose pas, on est convaincu que la roue finira par tourner.

par
Nicolas Jacquier
Souleymane Cissé (ici en juillet 2020 à l’occasion d’un match contre Wil à la Pontaise) est directeur sportif du LS depuis 18 mois.

Souleymane Cissé (ici en juillet 2020 à l’occasion d’un match contre Wil à la Pontaise) est directeur sportif du LS depuis 18 mois.

freshfocus

Ce week-end, la couleur «grenat» n’a pas porté chance aux équipes du groupe Ineos. Au lendemain de la défaite de l’OGC Nice, surpris 0-1 sur sa pelouse samedi par Metz, avant-dernier de L1, Lausanne a subi la loi de Servette dans le derby lémanique.

Un résultat sans équivoque qui ne fait pas les affaires du barragiste vaudois, avant de se mesurer à Bâle (dimanche prochain à Saint-Jacques) et au FC Zurich (11 décembre à la Tuilière), les deux chefs de file de Super League. Malgré une situation toujours compliquée, Souleymane Cissé refuse de s’alarmer. Il s’en explique.

Souleymane Cissé, 0-3 pour Servette, il n’y a pas eu photo, Lausanne a flanché…

Le score ne reflète qu’imparfaitement ce qu’a été le match. Même à dix, il y avait les moyens de faire quelque chose. Tombée trop rapidement après la reprise, l’ouverture du score a été le deuxième tournant de la rencontre. Vous connaissez le premier…

«Puertas est un garçon fantastique et généreux. Si on lui retire son engagement, Cameron redevient un joueur normal»

Souleymane Cissé, directeur sportif du LS

Justement, quel regard portez-vous sur l’expulsion de Cameroun Puertas? Comment un joueur déjà averti peut-il à ce point se laisser piéger? Après pareille pénalité de match, on vous imagine en colère…

Je ne lui en veux pas, ça fait partie de son apprentissage. Il doit apprendre à mieux canaliser ses émotions et son envie de bien faire. Le football regorge de ces faits de jeu. Puertas est un garçon fantastique et généreux. Si on lui retire son engagement, Cameron redevient un joueur normal. Mais je vous rassure, il était le premier à s’en vouloir. A la mi-temps déjà, il était en colère contre lui-même. Concernant l’arbitrage, j’observe simplement qu’aucun joueur servettien n’a été averti en première mi-temps. Dans un derby, compte tenu de la pression et de l’enjeu, je trouve cela curieux.

A ce rythme, cela risque de devenir compliqué, non?

Pour nos adversaires directs aussi… Mais il faut regarder au-delà des résultats bruts. Depuis quelque temps, l’équipe s’est trouvée, Lausanne joue bien, on voit quelque chose. Il faut persévérer en se disant que les choses vont finir par tourner. Depuis six matches, on n’a jamais été surclassé. On est largué au niveau des points, je le concède. Aujourd’hui, on est derrière des équipes qui jouent moins bien que nous. Il n’y a pas le feu au lac comme l’on dit. Le feu d’ailleurs, il serait où? On n’est qu’à quatre points de la 8e place occupée par Saint-Gall.

«Avec ce que l’on propose au niveau du jeu, il est impossible que l’on descende»

Souleymane Cissé, directeur sportif du LS

Il n’empêche que Lausanne est barragiste et que l’écart commence à se creuser…

La qualité de notre jeu devrait nous rapporter plus de points, c’est vrai. Mais cela va bien tourner une fois. Quand il y a du contenu, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir. Avec ce que l’on propose au niveau du jeu, il est impossible que l’on descende. Je n’ai aucun doute quant au fait que l’on va s’en sortir. Ce n’est pas un espoir, c’est la réalité.

Suivant le classement du LS à Noël, faut-il s’attendre à des renforts durant la pause hivernale?

L’effectif est construit, il y a du talent, on possède déjà suffisamment de joueurs capables de redresser la situation (...) Lausanne a quand même belle allure et notre projet est clair. Sans parler qu’empiler des joueurs créerait inévitablement des problèmes dans le vestiaire.

Toutes les équipes qui tournent peuvent s’appuyer sur un grand attaquant. Or, qui peut marquer des buts au LS?

Nos jeunes ont du talent, ils peuvent le faire et l’ont du reste déjà fait. Prenez un garçon comme Zeki Amdouni. Il n’a certes pas l’expérience d’un Arthur Cabral à Bâle, mais il n’est pas moins bon, j’en suis certain. Comme d’autres, il est en train de grandir pour franchir un palier.

«On ne peut rien reprocher à Borenovic. L’entraîneur n’a pas à payer le manque actuel de résultats»

Souleymane Cissé, directeur sportif du LS

Qu’en est-il de l’entraîneur? Voici quelques semaines, vous aviez réitéré votre pleine confiance en Ilija Borenovic. Qu’en est-il aujourd’hui?

Mon discours n’a pas changé d’un iota. Je vois le sérieux, le professionnalisme de notre staff, l’excellente ambiance qui règne dans le groupe, l’état d’esprit de l’équipe, etc. On ne peut rien reprocher à Borenovic. Ce qui nous arrive n’est pas un problème de leadership ou d’absence de contenu. Si tel était le cas, on réfléchirait autrement… Dans notre situation, l’entraîneur n’a pas à payer le manque actuel de résultats. Je sais que dans ce milieu, on fait souvent du coach le coupable idéal. Mais à Lausanne, on ne fonctionne pas comme cela…

Votre opinion