Publié

Jura bernoisCiternes de l'armée: «Bonne affaire ou cadeau empoisonné?»

Le crédit pour l'acquisition d'un dépôt militaire a été accepté à Sonvilier, mais des questions subsistent sur la pollution du site.

par
lematin.ch
1 / 7
Un ancien dépôt militaire est sécurisé à Sonvilier (BE)

Un ancien dépôt militaire est sécurisé à Sonvilier (BE)

Lematin.ch/V.Dé
Ses citernes à mazout enterrées sont discrètes.

Ses citernes à mazout enterrées sont discrètes.

Lematin.ch/V.Dé
En guise de dépollution, elles sont remplies de sable.

En guise de dépollution, elles sont remplies de sable.

Lematin.ch/V.Dé

Dans la grisaille hivernale et derrière ses grillages, l'ancien dépôt militaire de citernes à mazout est lugubre, à côté du cimetière de Sonvilier (BE). Le crédit nécessaire à son rachat à l'armée a pourtant été approuvé par l'assemblée communale le 5 décembre dernier, par 24 voix contre 19, lors d'un vote à bulletin secret.

«Bonne affaire ou cadeau empoisonné?», s'est interrogé «Le Journal du Jura» au sujet d'un terrain acheté au prix de 1 franc le mètre carré. Problème: le sol est-il contaminé?

Remplies de combustible

«En rachetant une parcelle polluée par d’immenses citernes qui étaient remplies de combustible, je considère que nous laisserons un cadeau empoisonné à nos enfants», a estimé devant l'assemblée l’ex-maire Jean-Pierre Rérat.

À son époque, le Conseil municipal avait demandé une dépollution de ce site de 7049 m2, mais l'armée s'était contentée de remplir de sable les cuves désaffectées.

Depuis le vote du 5 décembre, la parcelle 247 qui fait l’objet d’une promesse de vente fait polémique au village. Le Conseil municipal a négocié une clause de décontamination sur le principe du pollueur-payeur, mais d'anciens élus ont émis des doutes au sujet de cette prétendue garantie.

Droit de superficie

Le crédit de 568 515 francs débloqué vaut pour le rachat à la Confédération de la parcelle 247, mais aussi pour deux bâtisses. Situés en bordure de la route cantonale, une ancienne scierie et un hangar en bois sont cédés en droit de superficie.

Là, en direction de Renan, la Confédération vend à la commune deux bâtiments vétustes à un tarif préférentiel, mais le terrain sera loué 6000 francs par an. Les autorités locales imaginent bâtir à cet endroit un container d’exercices pour les sapeurs-pompiers d’Erguël, en cas de fusion communale.

La dépense finale a-t-elle été sous-estimée, sachant qu'un investissement dépassant le million doit être soumis en votation? Sur le volet financier, les opposants souhaitent un contrôle de la part de la préfecture du Jura bernois..

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!