Football: City s’envole, Liverpool encore fragilisé

Actualisé

FootballCity s’envole, Liverpool encore fragilisé

Battu à Leicester (1-3), Liverpool voit sa quatrième place fragilisée. De son côté, le leader Manchester City n’a fait qu’une bouchée de Tottenham (3-0).

Manchester City continue de rouler sur la Premier League.

Manchester City continue de rouler sur la Premier League.

AFP

Il y a décidément une classe d'écart entre Manchester City et le reste de la Premier League actuellement, et cela commence à se voir au classement. En battant sans souffrir Tottenham (3-0), les double champions 2018 et 2019 ont conservé sept points d'avance sur Leicester, avec un match en moins, et huit sur United qui en compte le même nombre (23).

Mais c'est surtout dans le jeu que l'impression de facilité stupéfie avec 11 victoires de suite en championnat pour un score cumulé de 28 à 2.

Hormis un coup franc de Harry Kane sur le poteau (14e), les Londoniens n'ont rien pu faire face à la machine mancunienne et son métronome, Ilkay Gündogan qui, match après match, n'en finit pas d'épater. Il a d'abord obtenu le penalty de l'ouverture du score à la 21e. Un exercice dans lequel City n'a pas brillé dernièrement et qui a encore bien failli ne pas lui sourire, mais la main de Hugo Lloris n'a pas été assez ferme pour sortir le tir de Rodri (1-0, 23e).

Le milieu de terrain allemand a ensuite inscrit un doublé en seconde période, (2-0, 50e et 3-0, 66e), servi directement pour sa deuxième réalisation par le gardien Ederson.

Liverpool dit adieu au titre

Derrière, Leicester dépasse provisoirement Manchester United avec 46 points et se positionne en dauphin grâce à sa victoire un peu plus tôt contre Liverpool (3-1).

Mais cette défaite est surtout très inquiétante pour les Reds qui sont maintenant à cinq points du podium, avec 40 unités, et n'ont qu'une longueur d'avance sur Chelsea et West Ham, qui reçoivent lundi deux mal classés, Newcastle et la lanterne rouge Sheffield United. Liverpool n'a aussi que trois points d'avance sur son voisin Everton qu'il reçoit samedi prochain, mais les Toffees ont trois matches en moins qu'eux.

Cette défaite risque de laisser des traces dans les esprits des hommes de Jürgen Klopp, tant tout semble tourner en leur défaveur. Le premier signe néfaste a été la blessure juste après la fin du premier quart d'heure de James Milner, qui va encore peupler une infirmerie qui affiche déjà complet.

Malgré cela le champion en titre a produit une prestation plutôt encourageante, dominant le match et parvenant à peu près à maîtriser Leicester et ses contres tranchants. Les Reds ont même cru avoir fait le plus dur sur une action de très grande classe du duo Roberto Firmino-Mohamed Salah.

Sur un centre de Trent Alexander-Arnold, le Brésilien a réalisé un enchaînement contrôle-râteau-talonnade pour Salah qui n'a eu qu'à ouvrir son pied en toute décontraction pour enrouler le ballon dans le petit filet sur la droite de Kasper Schmeichel (1-0, 67e).

L'Égyptien pouvait à juste titre s'incliner les mains jointes devant son coéquipier en signe de gratitude, mais ce but a semblé entraîner un relâchement coupable des Reds qui l'ont payé au prix fort en encaissant trois buts en sept minutes. C'est d'abord un coup franc rentrant de James Maddison, à l'extrême limite de la surface de réparation, qui est rentré sans que personne, surtout pas Alisson (déjà fautif au pied dans deux des quatre buts de City le week-end dernier) ne la touche (1-1, 78e).

Autocritique

Trois minutes plus tard, ce même Alisson, sorti de sa surface, et le Turc Ozan Kabak, la recrue de cet hiver en défense centrale, se sont télescopés, offrant le ballon à Jamie Vardy qui ne s'est pas fait prier pour aller marquer dans le but vide (2-1, 81e). Quatre minutes plus tard, c'est une nouvelle largesse dans le marquage qui a permis à Harvey Barnes de se présenter devant Alisson et de le tromper du plat du pied pour porter le coup fatal (3-1, 85e).

Une victoire pas imméritée pour un Leicester en grande forme, mais une défaite qui pose énormément de questions sur la capacité de rebond de Liverpool, engagé dans une spirale très sombre, alors que la Ligue des Champions se profile dès mardi contre Leipzig à Budapest. Les Reds ne feront sans doute pas non plus l'économie d'une autocritique sur la condition physique de leurs joueurs au regard de l'épidémie de blessures qui les frappe et sur leur politique de recrutement qui leur offre assez peu d'options pour faire tourner. «Nous ne nous préoccupons plus du titre, nous ne sommes pas idiots», a lancé l’entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp.

En parallèle, Burnley a remporté son duel de mal classés contre Crystal Palace (3-0). Quant à Brighton et Aston Villa, aucune des deux équipes n’a su se montrer suffisamment adroite pour faire la différence (0-0). Un triste spectacle auquel a assisté Andi Zeqiri depuis le banc.

(AFP)

Ton opinion