Suisse - Claude-Inga Barbey a été escortée par des policiers à la fin d’«Infrarouge»
Publié

SuisseClaude-Inga Barbey a été escortée par des policiers à la fin d’«Infrarouge»

Dans «Tribune de Genève», la comédienne révèle l’ampleur qu’a prise la polémique engendrée par sa vidéo sur les personnes trans.

par
L. F.
Claude-Inga Barbey remonte sur les planches à partir du mercredi 28 avril pour inaugurer la saison du Théâtre Boulimie à Lausanne.

Claude-Inga Barbey remonte sur les planches à partir du mercredi 28 avril pour inaugurer la saison du Théâtre Boulimie à Lausanne.

DR

Il y a un mois, la diffusion d’une vidéo de la série humoristique «Toc!» de Claude-Inga Barbey hébergée par letemps.ch avait suscité une grande polémique. Son sketch qui mettait en scène une personne trans chez sa psy avait fait réagir violemment des membres de la communauté LGBTI (mais pas seulement) sur les réseaux sociaux et la comédienne avait accepté d’en débattre à «Infrarouge» sur la RTS.

Dans une interview publiée mardi par «Tribune de Genève», on apprend que la polémique a pris des proportions terribles: à la fin de l’émission Claude-Inga Barbey a dû prendre la sortie de secours, escortée par des policiers. «Je me suis dit: «Où est-ce que j’ai merdé?» Ça m’a vraiment fait mal d’avoir blessé des jeunes qui pourraient être mes enfants, témoigne-t-elle. Je le répète, je ne fais pas de stand-up. Ce n’est pas moi qui parle, ce sont des personnages qui reflètent ce que les gens ressentent.» L’humoriste genevoise dit avoir reçu «des messages très agressifs sur les réseaux sociaux, même des menaces de mort» mais aussi «énormément de soutiens, des lettres, des fleurs, des chocolats, notamment de personnes de la communauté LGBTI». «Ça m’a beaucoup consolée», confie-t-elle.

«Je ne vais pas baisser mon froc»

Claude-Inga Barbey remonte sur les planches pour trois soirs dès mercredi 28 avril au Théâtre Boulimie à Lausanne avec «Manuela» (c’est complet!). Elle a gommé certains passages qui pourraient être mal interprétés. «Mais c’est deux phrases par-ci, par-là. Mais j’ai gardé toutes les thématiques: Metoo, les LGBTI, Greta Thunberg, le professeur Pittet, tous ces sujets qui touchent les gens. Manuela dit ce qu’elle pense de tout ça dans le spectacle», explique-t-elle.

«Cette histoire m’a fichu le doute et je fais un peu plus gaffe, c’est sûr. Je me dis qu’il faut peut-être laisser retomber le soufflé avant d’en remettre une couche. Mais je ne vais pas baisser mon froc», assure Claude-Inga Barbey.

Votre opinion